Quatre générations en chute libre

Valérie
Valérie Goulet
Envoyer à un ami

Envoyer cet article à un ami.

L’émotion était palpable à l’école de parachutisme de Saint-Esprit le 30 juillet dernier alors que cinq membres du clan familial Perreault-Koudsey se sont improvisés parachutistes d’un jour.

Édith Beaurivage, l’investigatrice de ce projet audacieux, a voulu tenter l’expérience après s’être inspirée de la téméraire Marie-Claire Fortier Flamand, une lavatroise âgée de 86 ans qui avait accordé une entrevue à l’Hebdo Rive Nord après avoir sauté en parachute l’été dernier.

D’ailleurs, Mme Beaurivage avoue se reconnaître à travers Mme Flamand, « elle déborde d’énergie, aime les sensations fortes et je me vois très bien faire la même chose que cette femme lorsque j’aurai son âge », explique t-elle.

Un saut multi-générationnel

L’année dernière Édith a sauté en parachute pour la première fois et son grand-père, Jean Perreault, âgée aujourd’hui de 81 ans, est venu l’assister. « Quand je suis revenue sur terre, il a constaté toute l’excitation que j’avais et l’adrénaline que je vivais à ce moment-là. Il s’est senti interpellé par l’intrépidité de la chose et c’est alors qui m’a demandé si mes enfants seraient aussi game que moi de sauter en parachute », révèle-t-elle. C’est à ce moment qu’ils ont eu l’idée de faire ce saut unique.

«C’est du jamais vu, s’exclame-t-elle. Un saut multi-générationnel, c’est-à-dire mon grand-père, ma mère (Carole Perreault), mes deux enfants (Tania et Kevin Koudsey) et moi, donc quatre générations qui se jettent en bas d’un avion en marche, il faut avouer que ça sort de l’ordinaire », avance Édith Beaurivage.

Un Record Guinness?

Édith Beaurivage a même contacté le bureau chef du Guinness World Records à Londres afin de savoir si un événement du genre avait déjà eu lieu. « On m’a répondu que la situation était peu commune mais que pour juger s’il s’agissait vraiment d’un record, il aurait fallu déployer une équipe ici et ça aurait pris quelques semaines. Alors nous ne serons peut-être pas dans le prochain livre des Records Guinness mais nous allons sûrement faire jaser de nous ici », raconte Édith.

18-20-42-60-81

« Ce qui donne la plus grande sensation forte c’est sans doute la première minute de chute libre à 200 km/h » Édith Beaurivage

Ce ne sont pas les résultats du dernier tirage de Loto-Québec, mais bien les âges des membres du clan familial Perreault-Koudsey.

« Ce fut tellement une belle expérience à partager avec ma mère, mon grand-père mais surtout avec mes enfants. Mon fils vient tout juste d’avoir 18 ans et ma fille quant à elle a maintenant 20 ans. Les deux s’en vont en appartement pour leurs études et je trouvais important de faire quelque chose avec eux avant qu’ils quittent le nid familial », explique Édith. Elle ajoute en riant : « je voulais qu’ils s’envoient en l’air avant de voler de leurs propres ailes ».

Une descente à 200 Km/h

Après avoir rempli des formulaires administratifs et participé à une séance d’information de 15 minutes, Édith explique que le véritable moment magique avant le saut survient lorsque l’on enfile les uniformes. Par la suite, cette dernière explique que la fébrilité s’installe au moment où on embarque dans l'avion et l’adrénaline grimpe jusqu’à ce qu’on se lance dans le vide. « Ce qui donne la plus grande sensation forte c’est sans doute la première minute de chute libre à 200 km/h, puis, ensuite ça se stabilise et vers 1500 mètres, le moniteur qui est en tamdem avec nous, ouvre le parachute pour une douce descente vers le sol », résume Édith.

De plus, cette dernière tient à remercier toute l’équipe de Parachute Montreal et l’équipe de l’école de parachutisme Saint-Esprit pour avoir pris soin de sa mère qui est sourde. « Elle a pu avoir un instructeur qui connaissait le langage de signes et s’assurait qu’elle comprenne bien tout ce qui allait se passer », raconte Mme Beaurivage.

En somme, Édith explique que ce fameux saut multi-génération se résume en un amalgame de plein d’émotions et elle est très émue de l’avoir fait. Toutefois, cette grande téméraire avoue déjà avoir hâte à son prochain défi.

Avide de sensations fortes, en plus de faire de la moto, du parasail et maintenant du parachute, Édith avoue qu’elle aimerait bien faire de la plongée en haute mer. Va-t-elle le faire avec tous les membres de son clan…à suivre.

Organisations: école de parachutisme de Saint-Esprit, Guinness, Loto-Québec

Lieux géographiques: Hebdo Rive Nord, Londres

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5

Merci d'avoir voté

Haut de page

Commentaires

Commentaires