Une patinoire à l’année au parc Béram de L’Épiphanie

Geneviève
Geneviève Geoffroy
Envoyer à un ami

Envoyer cet article à un ami.

C’est sous une pluie battante que le maire de la Paroisse de L’Épiphanie, Denis Lévesque, a dévoilé la maquette officielle du projet global d’aménagement multifonctionnel du parc Béram, situé à l’intersection de la rue Béram et de la route 341, dont les coûts totaux sont estimés à 3,5 M$ pour une superficie de plus de 88 000 pieds carrés.

Denis Lévesque a d’ailleurs profité de l’occasion pour donner le coup d’envoi à la phase un de ce projet : une patinoire réfrigérée, utilisable à l’année, qui sera érigée sur une dalle de béton refroidie par un système comprenant plus de 25 000 pieds linéaires de tubulures (tuyaux refroidissants).

Au coût de 591 000$, l’inauguration officielle de cette nouvelle patinoire devrait avoir lieu en novembre, tout juste pour amorcer la saison hivernale.

« Il s’agit de la première patinoire réfrigérée de la région de Lanaudière », commente, ému, Denis Lévesque, à l’occasion du début officiel des travaux. Il ajoute que cela fait quelques années que la municipalité désire faire l’acquisition de ce genre d’équipement qui permettra de prolonger la saison de patinage en plus de contrer les caprices de Mère-Nature, lors des redoux qui surviennent de plus en plus pendant l’hiver.

Tout un équipement

En plus de la patinoire, la phase un de ce projet global de quatre phases comprend l’installation de bandes et de bancs de repos.

Une fois achevée, la surface de glace réfrigérée de 7200 pieds carrés sera ouverte pour le patinage entre les mois de novembre et mars inclusivement. « L’an dernier, les citoyens n’ont pu patiner que sur une période de six semaines environ, c’est dire que ce projet servira les besoins de notre communauté », commente Nicole Renaud, directrice générale.

Les autorités municipales estiment que ces installations pourront être utilisées à d’autres fins comme le tennis, le hockey cosom ou la ringuette l’été et qualifient donc la patinoire « d’espace multisports ».

Un parc complet sera aménagé

Outre le projet de patinoire réfrigérée, la Paroisse de L’Épiphanie compte faire de cet espace de plus de 88 000 pieds carrés, acquis pour un total de 37 000$ (le terrain a été acquis en deux parties au coût de 20 000$ en 2003 et de 17 000$ en 2007) un immense parc « d’une superficie digne d’envergure » qui accueillera un chalet, un toit pour la patinoire, un espace de restauration, des aires de jeux, un belvédère, un stationnement de 38 places, des sentiers et un amphithéâtre. Ces travaux devraient se détailler en trois autres phases distinctes: aire verte, belvédère et stationnement; aires de jeux et chalet; amphithéâtre. « Nous espérons pouvoir mener ce projet à terme d’ici trois ou quatre ans, mentionne Nicole Renaud. Le temps de réalisation du projet dépendra des subventions que nous obtiendrons ». La Paroisse avait notamment déjà présenté la première phase de ce projet, sous forme plus importante, au ministère de L’Éducation, des Loisirs et du Sport en vue d’obtenir une subvention et avait essuyé un refus. Elle avait donc du se rabattre sur des phases d’exécution plus modestes. C’est pourquoi la première phase annoncée de ce projet ne comprend pas ni le toit de la patinoire, ni l’aire de restauration ou même le chalet. Malgré tout, un premier refus n’a pas arrêté les dirigeants municipaux qui attendent une réponse de subventions pour cette nouvelle première phase, moins onéreuse. Pour financer la patinoire réfrigérée, la Paroisse de L’Épiphanie dispose présentement de 200 000$ obtenus dans le cadre du Programme d’aide financière du Pacte rural. La Paroisse utilisera également 250 000$ pris à même le surplus accumulé (compte épargne) de la municipalité dont le total s’élève à 575 000$. Finalement, le montant restant sera pris à même le fond de roulement de la Paroisse dont le montant sera remboursé par la Ville de L’Épiphanie grâce à un règlement d’emprunt (200 000$/ 20 ans). Il est à noter que la Paroisse et la Ville de L’Épiphanie partagent le même service des loisirs, d’où l’implication financière de cette dernière. Une réponse positive du MELS, cette fois, pourrait toutefois changer la donne et permettre à la Paroisse de L’Épiphanie d’utiliser ses ressources disponibles pour enclencher la deuxième phase des travaux, estime la directrice générale.

« Nous avons toujours voulu faire de cet endroit un espace pour notre communauté. » Nicole Renaud, directrice générale de la Paroisse de L’Épiphanie.

Organisations: Ville de L’Épiphanie, Ministère de L’Éducation

Lieux géographiques: Paroisse de L’Épiphanie, Parc Béram de L’Épiphanie, Région de Lanaudière

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5

Merci d'avoir voté

Haut de page

Commentaires

Commentaires