Convention collective : les ambulanciers de Repentigny disent non à l’offre du gouvernement

Geneviève
Geneviève Geoffroy
Envoyer à un ami

Envoyer cet article à un ami.

Les ambulanciers paramédicaux d’Ambulance Repentigny ont rejeté à 100 % l’offre gouvernementale en ce qui concerne le renouvellement de leur convention collective, qui leur a été soumise sous forme de lettre d’entente, selon ce qu’affirme le porte-parole des employés, Manuel-Antoine Jobin.

Une trentaine d'ambulanciers paramédicaux à la caserne de Repentigny était en débrayage à la suite de la rupture des négociations avec le gouvernement, le 10 juillet, pour une période de 12 h.

Le porte-parole a qualifié l’offre du gouvernement de « dérisoire » puisqu’elle ferait en sorte que les ambulanciers paramédicaux perdraient des acquis, notamment en ce qui concerne les heures supplémentaires et les horaires.

Pour le moment, les ambulanciers du secteur 634 (lequel dessert les six municipalités de la MRC de L’Assomption) demandent de retourner à la table de négociations et de faire un front commun avec tous les syndicats des ambulanciers.

Il ajoute qu’ils attendent le nouveau groupe de négociations qui sera bientôt présenté par le nouveau gouvernement. « Nous avons bon espoir que les démarches avancent mieux et plus rapidement avec le nouveau parti au pouvoir », commente Manuel-Antoine Jobin.

Les ambulanciers paramédicaux se retrouvent sans contrat de travail depuis 2010. Lors des négociations, ils souhaiteraient entre autres revoir leur échelon salarial et leur caisse de retraite. En ce qui concerne plus précisément le Service ambulancier du secteur 634, les ambulanciers militent aussi auprès du gouvernement afin d’obtenir un permis nécessaire à la création d’un nouveau quart de travail de 12 h/jour ainsi que l’ajout d’une ambulance par jour également, une mesure jugée nécessaire alors que la population vieillit et se multiplie dans la région.

Les ambulanciers, pour le moment, ne comptent pas reprendre des moyens de pression, comme cela a été le cas en mai et en juillet derniers. Rappelons à cet effet qu’une trentaine d'ambulanciers paramédicaux à la caserne de Repentigny était en débrayage à la suite de la rupture des négociations avec le gouvernement, le 10 juillet, pour une période de 12 h. La grève a rapidement été écourtée par une obligation de retour au travail, étant donné que les ambulanciers sont considérés comme des travailleurs essentiels.

« Si ça ne fonctionne toujours pas avec le gouvernement, nous n’écartons pas un retour des moyens de pression. Nous n’entérinerons jamais une entente à rabais comme celle qui nous a été proposée », conclut le Manuel-Antoine Jobin.

Toujours trop long

Le temps de réponse des ambulanciers du secteur 634 sur leur propre territoire serait encore et toujours trop long, affirme le porte-parole. Manuel-Antoine Jobin mentionne qu’il reçoit des plaintes verbales de la population quant au temps de réponse « une fois sur deux quarts de travail ».

Ce dernier ajoute à cet effet que le gouvernement, malgré les moyens de pression pris par les ambulanciers, ne travaille pas en ce moment à régler cette problématique qui dure depuis environ quatre ans et espère que le nouveau gouvernement prendra la chose au sérieux. Selon des statistiques recensées par le Service d’ambulanciers, environ 1000 appels par année, soit environ trois par jour, sont répondus par des services ambulanciers des régions limitrophes à celle de L’Assomption notamment Terrebonne, Joliette et même Rawdon. Des appels qui devraient, normalement, être desservis par les ambulanciers de la caserne du 306 rue Michel-Chartrand située à Le Gardeur.

Organisations: Groupe de négociations, Service d’ambulanciers

Lieux géographiques: Repentigny, MRC de L’Assomption, Terrebonne Joliette Rue Michel-Chartrand

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5

Merci d'avoir voté

Haut de page

Commentaires

Commentaires