Une campagne de mobilisation vivante

Geneviève
Geneviève Geoffroy
Envoyer à un ami

Envoyer cet article à un ami.

200 enfants marchent dans les rues de Saint-Sulpice pour leur sécurité

Près de 200 élèves de l’école primaire aux-Quatre-Vents scandaient en chœur « 30 maximum, 30 maximum » dans les rues de Saint-Sulpice, le jeudi matin du 25 septembre, à l’occasion d’une marche organisée conjointement par l’école, la municipalité et la Fraternité des policiers de  L’Assomption/Saint-Sulpice.

Au cours de cette heure qu’a durée la marche, il était étonnant d’apercevoir ces « petites » personnes se tenir main dans la main, en groupes, se promener tranquillement sur le boulevard des Sulpiciens et faire office de réelles affiches vivantes pour rappeler l’importance de la sécurité dans les rues.

« Prends ton temps, pas ma vie »; « Freinez d’avance, j’aurai plus de chances »; « 30 km/h, on vous le conseille », étaient autant de slogans pensés et choisis par les enfants de l’école, l’an dernier. Inscrit au dos de chacun de leurs chandails, il aurait été dur de ne pas être sensible à un tel message.

« C’est très important pour nous, les enfants », explique avec un aplomb surprenant Raphaël Beauséjour, un élève de deuxième année. Tout en marchant à un bon rythme, il raconte comment, parfois, des automobilistes ne font pas attention à lui ou à ses amis alors " qu’ils jouent dans la rue"». « La sécurité dans les rues, ce n’est pas seulement à l’école, c’est aussi à l’extérieur, que ce soit dans les rues ou en dehors des heures de classe », renchérit sa mère, Caroline Caron, venue marcher avec son fils.

Pour Mélanie Therrien, instigatrice du projet, cette marche constitue un réel « cri du cœur » des enfants et elle estime que les automobilistes ne pourront plus être indifférents à l’importance d’être vigilant au volant.

Un avis que partage son collègue et coinstigateur du projet, Robert Charlebois. « Bien sûr, ce ne sont pas tous les parents ou tous les résidants de la municipalité qui ont pu être présents aujourd’hui et être interpellés par cette mobilisation, affirme-t-il. Cependant, ce sont les enfants, maintenant conscientisés, qui amèneront les parents à l’être. »

Réelle campagne de sensibilisation, les cinq bornes promises lors du dernier conseil municipal ont également été posées sur les artères problématiques de la municipalité, juste à temps pour la grande marche. À ces cinq bornes fixes seront ajoutées 300 bornes amovibles au centre des rues de la Paroisse.

« En effet, avec les anciennes affiches, le message ne passait plus, confirme le sergent Danny Daneault, qui représentait la Fraternité des policiers de L’Assomption/Saint-Sulpice. À cet effet, Scott McKay, député de la circonscription de Repentigny, mentionne que l’heure n’est plus seulement à faire des lois ou des règlements sur la vitesse, mais à se mobiliser pour "que le message passe" ».

« Nous sommes bombardés d’information chaque jour, il faut donc donner un sens à cette information que nous recevons et cette mobilisation en est une», dit-il.

Diffuser le projet

En plus d’avoir des jeunes nouvellement conscientisés à cette problématique qu’est la vitesse dans les rues résidentielles, ou même les arrêts fait « à la va-vite », ce sont de nouveaux porte-parole de la sécurité routière que cette marche aura créés.

Cette campagne de sensibilisation ne s’arrête pas à la municipalité puisque le député fédéral, Jean-François Larose, portait, à la Chambre des communes, un chandail avec un slogan tout au long de la journée du 25 septembre, afin de « passer le message », ont mentionné ses attachés politiques présents à la marche, Gérard Legault et Kassandra Martel.

Pour sa part, Scott McKay a mentionné qu’il espérait « que cette marche fasse tache d’huile » à travers la province, en spécifiant que d’autres municipalités devraient s’inspirer du projet. Un avis que partage Yves Saint-Denis, président de la Commission scolaire des Affluents. « La sécurité des élèves est une priorité, non seulement sur le territoire de l’école, et il serait intéressant de développer ce projet dans d’autres municipalités de notre territoire », conclut-il.

Comme quoi un petit pas pour les enfants peut en être un grand pour assurer leur sécurité.

Organisations: Fraternité, Chambre des communes, Commission scolaire des Affluents

Lieux géographiques: Saint-Sulpice, Repentigny

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5

Merci d'avoir voté

Haut de page

Commentaires

Commentaires