RTCR : hausse de 10 % de l’achalandage en trois mois

Geneviève
Geneviève Geoffroy
Envoyer à un ami

Envoyer cet article à un ami.

Depuis la mise en place de son nouveau plan de transport le 1er juillet dernier, le Réseau de transport collectif régional de la MRC de L’Assomption (RTCR), une hausse de 8 % à 10 % de l’achalandage a été constatée par le directeur du réseau, Michel Julien.

Le passage à l'autobus hybride est toujours sur la glace, selon Michel Julien, alors que l’AQTIM en est encore à évaluer les études sur la pertinence de ce changement.

« Après trois mois, le nouveau plan de transport est opérationnel à 98 % », affirme-t-il. Notons que le RTCR désirait proposer, dans son plan de transport, des circuits simplifiés, des horaires mieux adaptés aux besoins des clients et une desserte interne améliorée, dans la perspective du développement du territoire, de l’arrivée du train de banlieue et de la surcharge du réseau routier métropolitain.

Pour répondre à la demande croissante, 4000 heures ont été ajoutées aux 16 000 heures déjà prévues le 1er juillet, ce qui porte le total des heures de service à 99 000. « Le retour de Montréal posait certains problèmes en ce qui concerne la capacité, nous avons donc bonifié l’offre du circuit 200 – un express Repentigny-Montréal – en ajoutant trois heures de service dans les deux directions », mentionne Michel Julien.

Deux départs ont aussi été ajoutés au circuit 400 – qui fait le trajet Repentigny-Montréal via Sherbrooke – en matinée, en direction de Montréal.

« Si nous avons apporté ces correctifs, c’est parce que la population a répondu à l’offre bonifiée du nouveau plan de transport », précise le directeur.

En ce qui concerne l’objectif d’assurer une meilleure desserte devant le Cégep régional de Lanaudière à L’Assomption, pour pallier aux horaires flexibles des étudiants et de résoudre le problème de stationnement au centre-ville, aux heures de pointe, le RTCR a remplacé les minibus (25 places) par des véhicules standards (44 places) pour répondre aux besoins des étudiants. Notons aussi que sur les 89 abribus répartis sur le territoire, 12 seront ajoutés cet automne.

Encore du travail à faire

Bien qu’il soit satisfait de la réponse de la population en ce qui a trait au plan de transport collectif, Michel Julien estime qu’il reste encore beaucoup de travail à faire.

Il planche maintenant pour faire en sorte que le réseau « passe aussi à l’heure les fins de semaine » et que l’offre de service soit prolongée les soirs, en semaine, jusqu’à 23 h. « Pour que le réseau soit encore plus efficace, nous devrions implanter 10 000 heures de plus, ce qui représente des coûts de 1 M$. Avant d’aller de l’avant, il faut aussi considérer la capacité des utilisateurs à débourser pour cette bonification du service », conclut le directeur, en spécifiant que le gouvernement provincial a subventionné à raison de 50 % le plan de transport implanté le 1er juillet par l’entremise du Programme d'aide gouvernementale à l'amélioration des services en transport en commun du ministère des Transports du Québec.

Portrait du CRT Lanaudière, MRC de L’Assomption

Transport régulier

1,711 million - achalandage annuel

2,618 millions - véhicules/km annuels

27 % - augmentation de l’achalandage 2008-2011

43 autobus

17 circuits

89 abribus

Transport adapté

71 853 – achalandage annuel

5 autobus

Source : L’Association québécoise du transport intermunicipal et municipal (AQTIM), Profil des organismes membres, édition 2012.

Organisations: Réseau de transport collectif régional, Cégep régional de Lanaudière, Ministère des Transports du Québec L’Association québécoise du transport intermunicipal

Lieux géographiques: Montréal, Sherbrooke

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5

Merci d'avoir voté

Haut de page

Commentaires

Commentaires