Projet de caserne à L’Assomption : journée portes ouvertes réussie

Geneviève
Geneviève Geoffroy
Envoyer à un ami

Envoyer cet article à un ami.

À l’occasion de la journée portes ouvertes sur le projet de la future caserne centralisée de la Ville de L’Assomption, le samedi 13 octobre en après-midi, près de 300 citoyens se sont déplacés sur le site projeté de la construction du futur bâtiment.

« La forte majorité des citoyens qui s’est présentée aujourd’hui avait l’esprit ouvert. Certains avaient des interrogations et nous en avons discuté. Ils ont donc quitté avec tous les éléments nécessaires pour se faire une tête », commente la mairesse, Louise T. Francoeur.

En effet, pour permettre aux citoyens de s’informer adéquatement sur le projet de la future caserne centralisée, qui aura pignon sur rue à l’avant du site écologique au 1191, boulevard L’Ange-Gardien Nord, plusieurs panneaux expliquant tous les détails du projet, allant de l’historique du projet aux économies potentielles, étaient affichés sous un chapiteau. Aussi, en plus de la mairesse Louise T. Francoeur, le directeur général, Martin Lelièvre, ainsi que les conseillers municipaux (à l’exception des conseillers indépendants Nicole Martel et Fernand Gendron), des pompiers de la municipalité ainsi que le directeur du Service de sécurité incendie, Michel Doré, étaient présents pour répondre aux différents questionnements des citoyens.

« L’emplacement d’une caserne doit être fait de manière judicieuse »

En entrevue avec TC Media, le directeur du Service de sécurité incendie de L’Assomption, Michel Doré, mentionne que l’emplacement d’une caserne avec des employés à temps partiel doit être déterminé de manière très judicieuse et estime que le choix de la Ville de L’Assomption va justement en ce sens.

« Il faut comprendre une chose : les pompiers n’accepteraient pas un retour en arrière », mentionne-t-il en soulignant que ce choix n’a pas été imposé aux pompiers, mais au contraire que leur syndicat a été tenu au courant tout au long du développement du projet et que ce dernier l’appuie largement.

Ainsi, avec ce nouvel emplacement, selon Michel Doré, la future caserne permettra de mieux desservir les citoyens indépendamment de leur lieu de résidence.

Selon des chiffres présentés par la municipalité lors de la séance d’information, dans la situation actuelle, la mobilisation des effectifs se fait en huit minutes et moins alors que les pompiers demeurent sur l’ensemble du territoire. Dans la situation projetée, il est estimé que la mobilisation pourrait se faire à l’intérieur de cinq minutes puisqu’avec la construction de cette future caserne, les pompiers seraient appelés obligatoirement à résider dans un rayon de deux kilomètres de la caserne. Actuellement, ce sont 27 pompiers, sur les 40 postes, qui résident déjà dans ce rayon. « Nous avons effectué des tests la semaine dernière et, par exemple, pour nous rendre au centre-ville (en avant du CHSLD), nous sommes plus rapides de 2,10 minutes », explique Michel Doré, soulignant que les individus qui résident à l’extérieur d’un rayon des huit kilomètres de la caserne seront aussi mieux desservis qu’ils ne le sont actuellement.

Des économies substantielles

Rencontrée alors qu’elle discutait avec des citoyens, TC Media a questionné la mairesse Louise T. Francoeur quant aux économies estimées de 364 881 $ par année en coûts d’entretien et d’exploitation et de 101 500 $ en immobilisation avec la construction d’une caserne centralisée.

« Il est évident qu’avec une seule caserne nous économiserons des sommes substantielles », explique-t-elle en rappelant que ces économies ne pourront être réalisées si la Ville ne peut aller de l’avant avec ce projet.

Rappelons qu’un registre concernant le règlement d’emprunt de 3,15 M$ sur une période de 20 ans sera tenu le mercredi 17 octobre à l’Hôtel de Ville, de 9h à 19h (sans interruption), sur ledit règlement d’emprunt adopté lors de la séance du conseil municipal du 2 octobre. Au final, les travaux sont évalués à 4,65 M$.

Il est à noter, selon le directeur général de la municipalité, Martin Lelièvre, que cet emprunt totalise un montant avoisinant les 210 000 $ par année à rembourser. « Ce montant représenterait, selon la valeur foncière de la municipalité, pour une maison de 230 000 $ (valeur moyenne), un montant maximum de 25 $ par année. Toutefois, ce montant pourrait très bien être moindre ou même de zéro puisqu’il se peut très bien que la Ville soit en mesure d’absorber les coûts dans son budget d'exploitation », souligne-t-il.

Toute la population sera desservie en eau

L’aménagement de la nouvelle caserne permettra, selon la municipalité, la sortie, en tout temps, de deux camions-citernes. Ainsi, la Ville estime que cela favorisera, pour les citoyens qui ne sont pas présentement desservis par un réseau d’aqueduc et de bornes d’incendie, d’obtenir une nouvelle reconnaissance des compagnies d’assurances laquelle pourrait éventuellement permettre aux résidants de bénéficier d’une réduction de prime.

Un programme de prévention adapté pour les interventions en milieu rural sera aussi mis de l’avant.

Organisations: Ville de L’Assomption, Service de sécurité, Nicole Martel

Lieux géographiques: Boulevard L’Ange-Gardien Nord

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5

Merci d'avoir voté

Haut de page

Commentaires

Commentaires