Plus d'un Lanaudois sur deux est trop gros

Geneviève
Geneviève Blais
Envoyer à un ami

Envoyer cet article à un ami.

Environ 56 % des adultes vivant dans Lanaudière présentent un excès de poids. C'est plus que ce qui est observé dans les autres régions du Québec, où ce pourcentage est de 52 %. C'est ce qui ressort d'une analyse intitulée « Le surplus de poids parmi la population adulte des territoires de RLS de Lanaudière » publiée en septembre par la Direction régionale de santé publique.

Problématique plus accentuée chez la gent masculine

Tant dans le sud que dans le nord du territoire, il appert que les hommes sont plus nombreux que les femmes à afficher une surcharge pondérale; tout près de 68 % des Lanaudois font de l'embonpoint ou sont obèses. Chez leurs consoeurs, cette proportion ne dépasse pas les 44 %.

La situation est particulièrement problématique chez les 25 à 44 ans. L'étude menée par la Direction de santé publique révèle que les trois quarts des hommes de cet âge, dans la région, arborent un surplus de poids.

« Les hommes posent aussi sur leurs poids un regard bien différent de celui des femmes : ils sont beaucoup plus nombreux, en proportion, à considérer avoir un poids normal ou être trop maigres, alors qu'en fait ils affichent un surplus de poids », dévoile le rapport.

Les auteures constatent que c'est le phénomène inverse qui se produit chez la gent féminine. « Un bon nombre de femmes sont persuadées qu'elles ont un excès de poids, alors qu'elles affichent un poids normal. Cela pourrait expliquer la fréquence du recours aux diètes amaigrissantes et l'adoption de régimes à répétition qui finissent par avoir des effets non négligeables sur leur métabolisme et leur santé », écrivent-elles.

Effets sur la santé

« On le sait, le poids résulte d'un équilibre entre l'apport alimentaire et la dépense énergétique. Or, l'apport alimentaire, ces dernières années, se caractérise par de plus grosses portions, par une augmentation du recours aux aliments préparés et consommés à l'extérieur du foyer et par la présence d'aliments denses en énergie. D'autre part, la proportion de personnes ne pratiquant pas suffisamment d'activités physiques dans le cadre de leurs loisirs ou comme activités de transport actif demeure trop élevée », est-il mentionné dans l'analyse.

Dans celle-ci, on rappelle que le surplus de poids, plus particulièrement l'obésité, est associé au développement de maladies chroniques et peut avoir des conséquences négatives sur l'estime de soi et l'image corporelle.

Lieux géographiques: Québec

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5

Merci d'avoir voté

Haut de page

Commentaires

Commentaires