L’Assomption présente son projet de caserne à la Chambre de commerce

Geneviève
Geneviève Geoffroy
Envoyer à un ami

Envoyer cet article à un ami.

La Ville de L’Assomption a rencontré plusieurs des membres de la Chambre de commerce de la MRC de L’Assomption, le lundi 15 octobre, dans le but de donner l’heure juste sur le projet de la future caserne centralisée

Michel Doré, directeur du Service de sécurité incendie de L'Assomption, et la mairesse Louise T. Francoeur répondaient aux questions des gens d’affaires.

Pour l’occasion, le président de la Chambre de commerce, Peter Fogarty, le vice-président Les Méandres, Claude Ouellet, ainsi que des représentants de différents commerces et institutions de la municipalité, dont ceux du Collège de l’Assomption, du Cégep et du CLSC-CHSLD, qui ont pignon sur rue dans les Méandres, étaient présents.

« Nous avions demandé une rencontre à la municipalité afin de bien comprendre le dossier et de nous assurer d’avoir la meilleure option possible », a mentionné d’entrée de jeu Claude Ouellet, vice-président Les Méandres et propriétaire des résidences Aux Jardins de la rivière à L’Assomption.

Après avoir organisé un rendez-vous d’information destiné aux citoyens, le samedi précédent, la mairesse Louise T. Francoeur estime qu’il était important de rencontrer également les gens d’affaires de la région dans un contexte plus adapté pour eux. « Nous sommes toujours en attente d’une réponse du gouvernement pour la demande de subvention que nous avons faite pour ce projet. Aussi, en considérant la date butoir des assurances (le 31 décembre 2013) pour la réception du dernier versement de 130 000 $, nous avons décidé d’agir », a-t-elle expliqué.

Par la suite, le directeur du Service de sécurité incendie de la Ville de L’Assomption, Michel Doré, a présenté les différentes facettes du projet. Il a notamment expliqué à l’assistance que le constat général était le suivant : « Les casernes sont situées aux extrémités où il y a peu de pompiers, et elles ont été créées dans un contexte différent, avant la fusion en 2000. De plus, il n’y a pas de pompiers en caserne puisque ce sont des pompiers à temps partiel. Ainsi, les “10 pompiers en 15 minutes”, exigés par le schéma de couverture de risques adopté en septembre 2011 par la MRC de L’Assomption s’annonce compliqué à faire avec deux “territoires” à couvrir.»

Dans son allocution, il a ajouté que la centralisation était la solution optimale puisque le bassin d’embauche et la zone fortement urbanisée sont au centre et que l’intersection des boulevards Turgeon/L'Ange-Gardien Nord est centrale (10km de chaque côté) et est située sur un axe principal (343 et 344), ce qui favorise le déplacement.

Lors de la période de questions, le comptable Yves Desjardins a demandé des précisions sur la différence des coûts de construction entre une caserne à Saint-Gérard-Majella, d’une caserne centralisée ainsi que sur la couverture du territoire.

Ne voulant pas s’engager dans une discussion sur les chiffres, Michel Doré a mentionné à l’assistance qu’il était là pour discuter de sécurité publique. Il a ajouté qu’à coût égal (entre une caserne à Saint-Gérard-Majella et une autre centralisée), en ce qui concerne le temps de réponse, le temps d’immobilisation et d’incidence sur les pertes, l’option d’une caserne centralisée était à privilégier.

« Le projet de fermer une caserne dans une ville n’est jamais facile puisque c’est émotif et que les gens se sentent plus en sécurité, mais il faut comprendre que, pour le moment, même s’il y a deux casernes, le temps de réponse est moins performant que les temps projetés avec la future caserne », mentionne-t-il. Il ajoute que ce sera aussi plus efficace pour la répartition des appels.

Les personnes présentes ont aussi profité de l'occasion pour tenter de comprendre l’opposition au projet de la part de certains citoyens ainsi que sur les coûts.

« J’ai l’impression que ce seront des discussions sans fin. Au-delà des tergiversations, la priorité, c’est d’avoir un service qui saura répondre au besoin de sécurité des citoyens et une caserne, ce que j’en comprends, il en faut une », a exprimé Hans Glaude, représentant du Collège de l’Assomption, ce qui a sensiblement marqué la fin de la réunion.

Des éléments ajoutés

Depuis la réunion qui a eu lieu à l’église de L’Assomption, Michel Doré explique qu’il y a eu de nouveaux éléments qui ont permis de préciser le projet. Notamment, il mentionne que le schéma de couverture de risque a été adopté après la séance d’information par la MRC de L’Assomption. Il explique aussi que la convention collective des pompiers n’est plus tout à fait la même qu’à l’époque et c’est pourquoi, à l’église, il n’avait pas été question de l’exigence pour les pompiers de demeurer dans un rayon de deux kilomètres de la future caserne.

Organisations: Chambre, Ville de L’Assomption, Collège de l’Assomption Service de sécurité église de L’Assomption

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5

Merci d'avoir voté

Haut de page

Commentaires

Commentaires