« La situation pourrait s’avérer critique » - Liette Valois, directrice régionale

Geneviève
Geneviève Geoffroy
Envoyer à un ami

Envoyer cet article à un ami.

L'AQRP demande au ministre Hébert d'exclure les hausses de tarifs et les fermetures de places en CHSLD

L'Association québécoise des retraités des secteurs public et parapublic (AQRP) demande au ministre de la Santé, des Services sociaux et des Aînés, Réjean Hébert, d'exclure la possibilité de hausses des tarifs et de fermetures de places en CHSLD au cours du présent mandat.

archives

« Dans la région de Lanaudière, on compte déjà 135 personnes âgées qui sont en attente d’une place en hébergement. Bien que la situation ne soit pas dramatique, cela pourrait changer s’il n’y a pas assez de ressources pour répondre aux besoins de ces personnes-là, surtout que la population vieillit », mentionne Liette Valois, présidente de l’AQRP dans la région de Lanaudière. Dans les Laurentides, 180 patients attendent une place en CHSLD, 610 en Montérégie, 149 à Laval et 1618 à Montréal, selon ce qu’affirme Liette Valois. À travers la province, le chiffre grimpe à 4300.

« Nous ne sommes pas nécessairement contre ce que le ministre avance, mais il faut être vigilant. Nous ne voulons surtout pas que les aînés en souffrent », ajoute-t-elle.

Pensons aux personnes âgées vulnérables

L’AQRP demande donc au ministre d’avoir une pensée pour le portefeuille des personnes âgées, qu’elle qualifie de vulnérables. « Même si certains critères peuvent être revus, les tarifs en CHSLD sont indexés annuellement et déjà ajustés en fonction du revenu des personnes. Si nous faisons le choix de soutenir les personnes âgées vulnérables, il ne faut pas leur imposer un fardeau supplémentaire à la taxe santé », déclare la présidente de l'AQRP, Lyne Parent.

L'AQRP demande également au ministre Hébert d'imposer un moratoire sur la fermeture de places en CHSLD. « Notre crainte fondamentale est que le ministre vide les CHSLD sans offrir les soins requis à domicile. Il faut donc s'abstenir de fermer des installations. D'ici à ce que les services de proximité soient garantis, il faut même développer de nouvelles places pour pallier les besoins criants des personnes âgées en perte d'autonomie », estime Lyne Parent.

Pour sa part, Liette Valois mentionne que de permettre aux personnes âgées à domicile constitue une bonne option pour elles, tant que l’on puisse en assurer le service. « Si on décide de laisser plus de personnes à la maison, il faudra augmenter les effectifs. D’autre part, il ne faut pas vider les CHSLD non plus puisque les cas lourds continueront à exister et à nécessiter des soins en centre d’hébergement », conclut-elle.

Le Québec compte environ 465 centres d'hébergement et de soins de longue durée (CHSLD) où vivent quelque 40 000 personnes.

Organisations: Association québécoise des retraités des secteurs public, Services sociaux

Lieux géographiques: CHSLD, Région de Lanaudière, Laurentides Montérégie Laval Montréal Québec

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5

Merci d'avoir voté

Haut de page

Commentaires

Commentaires