Le Québec bon dernier : 89 000 enfants exposés à la fumée secondaire

Envoyer à un ami

Envoyer cet article à un ami.

Famille sans fumée : campagne annuelle de sensibilisation

Plus de 89 000 enfants québécois (près d’un enfant sur dix) sont encore exposés régulièrement à la fumée secondaire parce que leurs parents fument ou permettent qu’on fume dans la maison ou la voiture. Or, il a été démontré qu’un enfant vivant dans un tel environnement court plus de risques de souffrir de certains problèmes de santé et est plus susceptible d’être aux prises avec l’asthme ou une autre maladie respiratoire chronique et les otites. Bébé, il a même plus de risques d’être victime du syndrome de mort subite du nourrisson.

Famille sans fumée, une initiative d’Acti-Menu présentée en partenariat avec plusieurs organismes publics et privés, est une campagne annuelle de sensibilisation aux dangers de la fumée secondaire sur la santé des enfants. Avec sa signature, « Pour la santé des enfants, merci de fumer dehors », la campagne rappelle aux parents et aux futurs parents que la stratégie la plus simple et la plus efficace pour protéger les enfants de la fumée secondaire est d’aller fumer à l’extérieur.

Le Québec : bon dernier

Le Québec est la pire province canadienne quant à l’exposition des jeunes de 0 à 11 ans à la fumée secondaire à la maison. En effet, au Québec, 9 % des enfants de ce groupe d’âge y sont régulièrement exposés, ce qui correspond à plus du double de la moyenne canadienne (4 %).

Les familles québécoises semblent également plus permissives que les familles canadiennes quant à l’usage du tabac à la maison : seulement 43 % l’interdisent au Québec, alors que la moyenne au Canada est de 64 %.

De sérieux problèmes de santé

La fumée secondaire est dangereuse pour la santé de tous, mais les bébés et enfants y sont plus sensibles, et les dangers sont nombreux et réels : l’asthme, les bronchites, les rhumes, les otites à répétition, etc.

Catherine Hervouet-Zeiber, pédiatre au Centre hospitalier universitaire Sainte-Justine, explique : « Les enfants respirent plus rapidement que les adultes. S’ils se trouvent dans un environnement où l’on fume, ils respirent plus de substances toxiques. Les poumons des jeunes enfants, qui n’ont pas fini de se développer, sont particulièrement vulnérables aux effets de ces toxines. On voit beaucoup d’enfants qui ont des problèmes respiratoires aggravés par la fumée secondaire. Souvent, ces enfants sont plus difficiles à traiter que ceux qui ne sont pas exposés à la fumée de cigarette. »

« On remarque que les fumeurs font souvent des efforts pour ne pas incommoder leurs proches. Ils vont fumer sous la hotte, près de la porte-fenêtre ou dans une pièce fermée. Bien que ces gestes soient bien intentionnés, ils ne réduisent toutefois pas les dangers pour la santé. En fait, aucun système de ventilation n’est assez puissant pour éliminer les substances toxiques de la fumée secondaire produite dans la maison. La seule stratégie efficace pour protéger les enfants est que tout fumeur grille sa cigarette dehors. (…) », conclut Roxanne Néron, omnipraticienne et porte-parole de Famille sans fumée. (MPG)

La fumée secondaire…

Contient plus de 7300 substances chimiques, dont 60 qui peuvent causer le cancer;

Renferme environ deux fois plus de monoxyde de carbone; trois fois plus de nicotine; huit fois plus de formaldéhyde et 240 fois plus d’ammoniac que la fumée aspirée par le fumeur.

Pour en savoir plus sur la campagne et pour obtenir des conseils, visitez le site famillesansfumee.ca ou la page facebook.com/famillesansfumee.

Organisations: Le Québec, Groupe d’âge, Centre hospitalier universitaire Sainte-Justine

Lieux géographiques: Québec, Canada

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5

Merci d'avoir voté

Haut de page

Commentaires

Commentaires