La semaine de la simplicité volontaire : tout un défi

Valérie
Valérie Houle
Envoyer à un ami

Envoyer cet article à un ami.

Si on vous donne le défi de ne pas utiliser ni votre téléphone cellulaire ni l'ordinateur ni la télévision ni même votre téléphone de maison pendant trois jours, en seriez-vous capables? C'est ce qu'un groupe d'élèves de l'école secondaire Paul-Arseneau tentera de faire, du 20 au 22 mars, dans le cadre de la semaine de la simplicité volontaire.

Simplicité volontaire

Pour Cathy Thibeault, instigatrice de ce projet qui dure depuis trois ans, ces trois jours à vivre sans technologie soulèvent d'importantes questions de société et des problématiques d'école en lien avec les cellulaires et les réseaux sociaux.

« Par exemple, les relations amoureuses sont devenues tellement intenses, l'un est constamment sur le dos de l'autre, déplore l'enseignante d'éthique et culture religieuse. C'est rendu qu’il ou elle doive absolument savoir ce qu'il ou elle fait, où il est, le couple est constamment en communication, presque 24 heures sur 24. Ça devient presque du harcèlement, et on ne parle même pas de rupture. La personne n'arrive pas à passer à autre chose, car elle est toujours en contact avec l'autre individu, soit sur son cellulaire ou sur sa page Facebook. Le lien n'est jamais coupé. »

L'enseignante fait la remarque que la cyberintimidation ne diminue pas malgré la sensibilisation qui se fait. « J'ai encore eu un cas récemment d'une personne de deuxième secondaire qui s'est fait usurper son identité sur Facebook et à qui on attribue des propos irrévérencieux et des photos indécentes. Encore une fois, la police débarquera à l'école et il y aura enquête. »

Pour Cathy Thibeault, ces trois jours de simplicité volontaire sont une façon de relier avec la nature, les relations humaines et la famille. « C'est dommage, parce que les familles n'embarquent pas, les parents sont autant accros aux ordinateurs et aux téléphones, s'attriste-t-elle. J'aimerais que cet événement rapproche les liens familiaux, mais souvent les parents rient dans la face des enfants qui leur demandent de faire la même chose qu'eux. Il y a aussi un job de sensibilisation à faire auprès des parents. »

L'année dernière, la semaine de la simplicité volontaire s'étendait sur cinq jours. Cette fois-ci, Cathy Thibeault a préféré le faire sur trois jours, mais trois journées bien faites, sans tricher, ce que les élèves faisaient au bout de la quatrième journée, trouvant l'exercice trop difficile. »

De plus, le Dollaralinge est de retour pour la deuxième année. Au cours des dernières semaines, les élèves ont amené à l'école leurs vêtements usagés, mais en bon état. De 18h à 20h, le mercredi 20 mars, la communauté est invitée à venir acheter un morceau de vêtement au coût seulement d'un dollar. Près de 4000 morceaux seront disponibles. Tout l'argent amassé ira dans un fonds d'aide pour les élèves dans le besoin, ce qui leur permettra d'acheter du matériel scolaire ou de s'adonner à un sport qui valorisera leur réussite scolaire.

Organisations: Groupe d'élèves, école secondaire Paul-Arseneau

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5

Merci d'avoir voté

Haut de page

Commentaires

Commentaires