Un vent de fraîcheur pour Extrême Pita à Repentigny

Valérie Goulet
Envoyer à un ami

Envoyer cet article à un ami.

Les deux sœurs offriront des pitas six pouces gratuits aux clients toute la journée du 10 septembre. crédit photo: Stéphane Grégoire

Stéphanie et Geneviève Dalcourt Malenfant ne ressemblent pas à tous les jeunes de leur âge. Elles ont respectivement 17 et 19 ans. Elles sont dynamiques, fonceuses, sûres d'elles, débordantes d'idées innovatrices et récemment elles ont décidé de voler de leurs propres ailes en se lançant en affaires. Depuis le 7 septembre dernier, ces deux jeunes entrepreneures sont à la barre du nouveau restaurant Extrême Pita situé au 190, rue Notre-Dame à Repentigny.

« J’ai toujours été attirée par le milieu des affaires, le domaine de la santé et la nutrition. En m’informant sur la bannière Extrême Pita, après avoir été manger au restaurant de L’Assomption, j’ai vite compris que ce concept m’interpellait », affirme la gérante, Geneviève.

Cette dernière ajoute que « trop de franchises de restauration rapide proposent des aliments frits, gras et nuisibles au maintien d’une bonne santé tandis que de son côté, Extrême Pita est un bon concept parce que beaucoup de gens souhaitent mieux s’alimenter et recherche une solution de rechange aux mets rapides, sains et frais. »

D’ailleurs, le 7 juin dernier, la chaîne Extrême Pita a annoncé le lancement de six nouveaux produits à son menu qui répondent aux critères nutritionnels du Programme Visez santé de la Fondation des maladies du cœur.

« Je suis vraiment fière de pouvoir m’investir dans une business qui a à cœur la santé de ses clients », souligne Stéphanie qui étudie présentement en science de la nature au Cégep de L’Assomption dans le but de devenir nutritionniste.

Sa sœur, quant à elle, a pris une année sabbatique au niveau de ses études pour se consacrer à temps plein au démarrage de son entreprise. « Je prends un break d’études pour le moment, mais je compte m’inscrire dans un an à l’université pour obtenir un baccalauréat en administration des affaires », précise Geneviève.

La famille au cœur du projet

Stéphanie et Geneviève n’ont pas été seules pour démarrer leur entreprise. Au contraire, elles ont pu compter sur le soutien de leur père et de leur oncle, Sylvain et Stéphane Malenfant, qui les ont beaucoup aidées en ce qui à trait à l’achat de la franchise, au financement du projet, à la gestion, à la comptabilité, aux questions juridiques, à la promotion et au marketing.

« Je suis vraiment fière de pouvoir m’investir dans une business qui a à cœur la santé de ses clients » Stéphanie Dalcourt Malenfant

« Leur travail et leur collaboration ont été nécessaires et continuent grandement de l’être, car mon oncle et mon père ont beaucoup de connaissances dans le domaine. Ma sœur et moi les considérons comme nos deux mentors dans ce grand projet », constate Geneviève. D’ailleurs, Sylvain Malenfant, le père travaille dans le domaine de la comptabilité et Stéphane Malenfant quant à lui, est le directeur général des Fêtes gourmandes de Lanaudière.

« Ce sont eux qui nous ont recommandé entre autres de faire une étude de marché avant de nous lancer dans ce projet et ils nous ont conseillé de faire appel au Centre local d'emploi de Repentigny (CLE) Emploi Québec pour engager des gens de la région », fait remarquer l’assistante-gérante Stéphanie. Le CLE Emploi Québec offre en effet du soutien aux employeurs dans la gestion et le développement des compétences des ressources humaines.

« Sylvain Malenfant est venu nous voir et a fait demande pour la mesure Subventions salariales qui donne coup de main financier aux employeurs qui désirent embaucher des gens. Après l’analyse du dossier, nous avons réussi à placer une de nos clientes qui éprouvait des difficultés d’intégration sur le marché du travail et donc durant 30 semaines le salaire de l’employée en question sera financé à 50 % », explique François Gagnon, agent au service aux entreprises chez Emploi Québec.

Les deux sœurs espèrent grandement que les gens de la région viendront découvrir leur concept de restauration en grand nombre et elles ont même organisé une journée Pita gratuit le samedi 10 septembre qui a attiré plus de 300 nouveaux clients.

« J’aime beaucoup aller à la rencontre des gens et le milieu de la restauration permet de faire la connaissance d’un grand nombre de gens », explique Stéphanie Malenfant. Cette dernière avoue aussi qu’elle fera bientôt le tour des entreprises de la région pour faire la promotion de son restaurant et leur proposer un service de traiteur pour les colloques, les conférences et autres événements du même genre.

Extrême Pita est situé au 190, rue Notre-Dame, suite 2 à Repentigny. Le restaurant est ouvert sept jours sur sept de 10h à 22h.

Organisations: Fondation des maladies, Centre local d'emploi de Repentigny, CLE Emploi Québec

Lieux géographiques: Repentigny, Rue Notre-Dame Est, Cégep de L’Assomption Québec

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5

Merci d'avoir voté

Haut de page

Commentaires

Commentaires

Derniers commentaires

  • Pierre Belley
    09 septembre 2011 - 14:58

    Ciboulot......17 et 19 ans???