Sysacom : d'évolution à révolution

Bernard
Bernard Landreville
Envoyer à un ami

Envoyer cet article à un ami.

La firme se spécialise dans les circuits intégrés

Sysacom est une firme d’ingénieurs en conception de circuits et systèmes électroniques fabriqués sur mesure. L’entreprise repentignoise a pignon sur rue dans le secteur industriel de Le Gardeur et embauche 23 employés dont 10 sont ingénieurs.

Denis Lachapelle. Photo : Stéphane Grégoire

L'entreprise de Denis Lachapelle et de sa conjointe, Linda Archambault, a vu le jour dans le sous-sol de la résidence familiale en 1975, sur la rue Masson. Ayant travaillé pour des entreprises reliées aux systèmes de communications, Denis décide de voler de ses propres ailes et passe des systèmes téléphoniques aux systèmes de sécurité industrielle incorporant de nouvelles technologies comme le laser. Déjà, après trois mois, il doit engager un autre ingénieur, Steve Hins, aujourd’hui vice-président aux opérations.

Débuts prometteurs

En 1997, l’entreprise a tellement pris d’expansion qu’elle déménage à Le Gardeur dans un local d’une superficie de 1500 pieds carrés.

Au début des années 2000, Sysacom ouvre un département de recherche et développement (R&D) afin que l’entreprise puisse développer ses propres technologies.

En 2001, grâce à une constante progression, Steve Hins et Mathieu Fortin, ingénieur et directeur du secteur R&D, accèdent au conseil d’administration. « Je crois au partage non seulement des responsabilités, mais aussi des bénéfices. J'ai donc choisi cette voie pour assurer une croissance et une stabilité dans la compagnie », affirme Denis Lachapelle.

En 2003, Sysacom fait l’acquisition de Galin, firme spécialisée en circuits imprimés. À ce moment, Sysacom embauche une douzaine d’employés et elle passera le cap de la quinzaine en 2004.

En 2005, Denis doit déménager à nouveau faute de place et il emménage dans 3000 pieds carrés. Une entente avec la compagnie Acertronix, en 2007, permet à Sysacom d’entreprendre le développement d’un système d’automatisation des érablières.

Il s’agit d’un système relié à la tubulure de collecte de sève qui en mesure le niveau de « vacuum » afin de gérer parfaitement le débit. Selon les résultats obtenus, les rendements ont augmenté de 20 à 25 % chez les utilisateurs de ce système, ce qui est loin d’être négligeable selon les producteurs.« Nous en avons d’ailleurs près de 1000 en production pour le printemps prochain », mentionne le président.

Évolution-révolution

En 2010, un autre employé, Francis Thiffault, accède au partenariat et l’entreprise lance un nouveau produit : le capteur solution totale.

Il s’agit en fait d’une infrastructure de capteurs disséminés dans divers endroits qui permettent une surveillance à distance de certaines données mesurables.

« À titre d’exemple, nous pouvons surveiller, grâce à ces capteurs, les températures, degrés d’humidité, pression, « vacuum », flot, etc., dans les réfrigérateurs ou congélateurs industriels », avance Denis Lachapelle.

Cette technologie peut s’appliquer à tous les genres d’industries ou d’entrepôts. L’entreprise est à nouveau relocalisée dans des espaces plus grands, mais cette fois, Denis Lachapelle s’est assuré d’un endroit où il pourra à sa guise doubler son personnel et demeurer à l’aise et performant.

Le dernier à joindre les rangs des associés est Steve Légaré, ingénieur concepteur, en 2011.

Les clients de Sysacom sont souvent des sous-traitants de grandes entreprises comme Bombardier, General Dynamics ou Pratt& Whitney.

« Les dirigeants nous arrivent avec une idée ou un problème, un défi, et nous élaborons avec eux une solution », renchérit M. Lachapelle. « Ainsi nous avons conçu des capteurs de niveaux pour les véhicules hors route, pelles mécaniques, débusqueuses, etc., pour leur éviter de basculer », précise-t-il.

Les étapes

Le projet est pris en main dès le début et suit une série d’étapes immuables débutant par l’élaboration de l’architecture et des spécifications propre au projet, suivi par la conception des schémas électriques.

Vient ensuite le dessin des circuits imprimés et la conception du logiciel qui fera fonctionner le système. Il ne s’agit pas des logiciels que l’on retrouve habituellement dans nos ordinateurs, mais bien de logiciels intégrés qui feront déclencher des opérations en séquence.

Par la suite, on procède à la réalisation sur place des prototypes, leur développement et perfectionnement et enfin la production des circuits. Les réalisations sont multiples allant des systèmes de surveillance pour chambres froides, congélateurs, comptoirs réfrigérés, serres, salles d’ordinateurs, bref tous les endroits nécessitant un contrôle absolu de certains paramètres.

Ces systèmes sont si sophistiqués qu’ils peuvent communiquer avec vous par courriel ou texto sur votre téléphone intelligent. « Nous voulons que les entrepreneurs restent concentrés sur leur affaire, nous nous occuperons de la partie électronique », ajoute Denis.

« C’est ainsi que les manufacturiers, les cultivateurs, producteurs en tous genres pourront mieux se concentrer sur leur production, sachant que nos systèmes veillent pour eux », poursuit-il.

Bref, les systèmes élaborés par Sysacom peuvent aussi bien servir à un fromager qu’à la NASA, il n’y a pas de limite à leur versatilité, c’est du moins ce que prétendent leurs clients qu’ils soient Québécois, Américains ou Européens.

Les bureaux de Sysacom sont situés au 275A, Pierre-Le Gardeur et vous pouvez les joindre au 450 585-6396 ou via www.sysacom.com.

Organisations: Acertronix, Bombardier, General Dynamics NASA

Lieux géographiques: Rue Masson, Secteur R&D

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5

Merci d'avoir voté

Haut de page

Commentaires

Commentaires