« Je suis né entre deux cannes de tomates » - Jean-Claude Crevier

Marie-Pierre
Marie-Pierre Gervais
Envoyer à un ami

Envoyer cet article à un ami.

Épiciers de père en fils

Quand on demande à Jean-Claude Crevier de nous parler de lui, il dit, sourire aux lèvres, « qu'il est né entre deux cannes de tomates ». Lorsqu'il était jeune, ses parents étaient propriétaires d'une petite épicerie. Vers la fin des années 1950, son père acquiert une franchise IGA dans la région de Sainte-Dorothée avec son frère. Il vendra ce commerce pour faire l'acquisition, en 1966, du premier IGA à Saint-Paul L'Ermite avec sa femme, Georgette, et son fils, Jean-Claude. Dix ans plus tard, en 1982, le deuxième magasin sur le boulevard Brien prend forme. « Pour l'époque, c'était un gros magasin : 15 000 pieds carrés. Les gens disaient qu'on ne réussirait pas. Mais on a réussi », se rappelle M. Crevier.

Aujourd’hui, lGA Crevier compte neuf succursales dans Lanaudière. « La venue de mon partenaire d’affaires, Georges Pilon, m’a permis d’acquérir plus de magasins. Tout seul, neuf succursales c’est trop prenant. C’est donc pour moi un de mes bons coups en carrière », précise M. Crevier. Pour cet épicier passionné, la clé du succès passe par la vision stratégique. « Il faut être un bon visionnaire, être à l’affût des nouvelles tendances et planifier vigoureusement ce qu’on veut faire. Ainsi, les employés voient que nous voulons aller de l’avant et qu’on ne reste pas toujours à la même place », explique-t-il.

Un homme d’action

Selon Georges Pilon, son associé depuis 1985 et ancien partenaire de sport, pour travailler avec M. Crevier, « il faut être éveillé et avoir plein d’idées. Jean-Claude est un promoteur dans l’âme, un observateur incroyable. Il cherche toujours des idées partout et il veut voir les résultats vite. Il faut donc être efficace. Il a toujours donné le meilleur de lui et il exige la même chose des autres », confie-t-il.

André Perreault, employé IGA depuis 30 ans et directeur de magasin depuis 21 ans, abonde dans le même sens. « Jean-Claude, c’est un cœur sur deux pattes. Il est rigoureux et c’est un travailleur acharné. Il mord dans la vie et n’hésiterait pas à donner sa chemise n’importe quand. C’est valorisant de travailler avec cet homme. J’ai passé plus de temps avec lui qu’avec mon propre père », souligne-t-il.

Lorsqu’il a débuté, M. Crevier ne croyait pas avoir une dizaine de magasins. « On ne prévoit pas ça, c’est impossible. Je suis fier d’être rendu où je suis aujourd’hui. Ça n’a pas été toujours rose, mais dans l’ensemble de mes 45 ans de carrière, je dirais que ça bien été », dit-il. Si c’était à refaire, il ne changerait rien.

Un marché compétitif

Depuis près de 50 ans, le marché de l’alimentation a beaucoup changé. La concurrence ne cesse de croître et les marges de profits diminuent. « Il faut gérer plus serré et ne pas se tromper. Depuis environ cinq ans, le marché a encore changé surtout avec l’arrivée de Walmart et de Target. La clé du succès pour nous, c’est le service à la clientèle personnalisé. Les gens se reconnaissent quand ils viennent dans nos magasins », spécifie l’épicier.

L’implication dans la communauté est un autre point fort sur lequel IGA Crevier a toujours misé pour se démarquer. « Nous sommes très impliqués dans différentes causes. Des fois on se demande si c’est trop, mais je ne crois pas. Parfois les gens viennent me voir pour me remercier d’avoir aidé leur enfant dans un projet scolaire et ça me fait chaud au cœur. Moi, je dis que c’est ça le secret », confie M. Crevier.

Pour Jean-Claude Crevier, chaque jour est un défi. « Les gens ont tellement de choix tant la compétition est grande. Si le client va ailleurs, il faut arriver à le ramener chez nous. Ce sera de plus en plus difficile », dit-il. Toutefois, M. Crevier reste confiant. « Nous avons une bonne base et les employés sont bien traités. C’est important pour moi d’aller voir les employés et de les encourager. Ça se reflète dans le service », explique-t-il.

Face au changement, il faut rester ouvert d’esprit, surtout dans un contexte où la compétition change et où le client devient plus sélectif. « Il faut suivre les modes et s’adapter à ce que le client veut. Aujourd’hui, les produits sans gluten sont très en demande, c’est pourquoi nous avons agrandi notre section tout récemment. Ce changement sera apporté dans l’ensemble des succursales prochainement », raconte M. Crevier.

Bien que la retraite ne semble pas dans ses plans, Jean-Claude Crevier a su planifier sa relève. Sa fille et les enfants de son partenaire d’affaires sont très impliqués dans l’entreprise. Il se dit confiant de passer le flambeau. « Je pars un mois en vacances et je n’ai pas de problème. J’appelle souvent, mais ça se passe bien », lance-t-il en riant. « Ce qui est intéressant de la relève, c’est de voir que les jeunes ont plein de projets et qu’ils portent un regard différent sur les affaires. Je me dégage tranquillement en leur laissant plus de place. C’est le « fun » et ça fait du bien.

Homme d’affaires dans l’âme, lorsqu’on lui demande s’il a des projets, M. Crevier répond tout de suite qu’il prévoit agrandir la succursale de Lachenaie et de L’Assomption et peut-être acquérir un nouveau magasin. Mais des projets personnels, en a-t-il ? En riant, il dit que de se reposer dans son condo en Floride le comble très bien en ce moment.

Organisations: IGA, Selon Georges Pilon

Lieux géographiques: Région de Sainte-Dorothée, Saint-Paul L’Ermite, Boulevard Brien Target L’Assomption Floride

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5

Merci d'avoir voté

Haut de page

Commentaires

Commentaires