Défendre Kyoto de Durban jusqu’au Québec

Envoyer à un ami

Envoyer cet article à un ami.

 

Collaboration spéciale d’Emmanuel Précourt Senécal pour la Délégation de la jeunesse du Québec

Il semble certain que le Canada laissera tomber le protocole de Kyoto.

Plus que quelques heures avant la clôture de la 17e Conférence des Nations unies sur les changements climatiques. Alors que le gouvernement canadien va abandonner lâchement le Protocole de Kyoto, il est urgent de se lever et de l’en empêcher.

Une heure, c’est une éternité dans les derniers jours d’une conférence sur les Nations unies. Entre le moment où j’écris ces lignes et celui où tous les délégués rentreront chez eux, tout peut se dérouler, ou presque.

Il semble cependant certain que le Canada laissera tomber le Protocole de Kyoto, seul traité légalement contraignant permettant la réduction des émissions de gaz à effet de serre à une échelle mondiale.

Pour ne pas avoir honte d’être Canadien

Il est difficile de comprendre, pour quelqu’un en dehors de la Conférence, à quel point le Canada est paria à Durban. Selon Hannah McKinnon, du Réseau Action-climat Canada : « Le gouvernement canadien vit dans une bulle où l’inaction dans le dossier climatique leur semble être une option. Cette bulle finira inévitablement par éclater – la crise climatique est trop urgente et il n’y aura bientôt plus de place pour les retardataires ».

Les membres de la société civile canadienne ont honte quand on leur demande leur pays d’origine, les presses locales et internationales ne cessent de blâmer la position canadienne et même les délégués du gouvernement du Québec sentent le besoin de se justifier en précisant qu’ils sont Canadiens, mais « du bon côté ».

« Il est difficile de comprendre, pour quelqu’un en dehors de la Conférence, à quel point le Canada est paria à Durban. » - Emmanuel Précourt Senécal

Pour restaurer la réputation des Canadiens et pour réussir à faire fléchir le gouvernement canadien, il est essentiel que toute la société se lève afin de mettre à mal la position immorale du gouvernement.

C’est dans cette optique que plusieurs organisations québécoises organisent une grande marche à Montréal nommée « Kyoto, pour l’espoir ». Cet évènement qui aura lieu le samedi 10 décembre à la place du Canada sera une occasion pour la population québécoise de réaffirmer son désir de voir le Canada réintégrer le cercle des nations respectables en s’engageant dans une seconde période d’engagement.

L’avenir du protocole

Ces dernières heures, la rumeur court dans les corridors de Durban à l’effet que l’Union européenne et ses alliés seraient prêts à aller de l’avant et prolonger le protocole. Cela serait une excellente nouvelle, d’autant plus que la plupart des pays européens ont atteint, voire dépasser, leurs cibles de réduction. Cette décision, si elle se confirme, rend encore plus intolérable la décision du Canada de faire cavalier seul, le dos tourné au futur et au progrès.

Organisations: Conférence des Nations unies, Réseau Action-climat Canada, Union européenne

Lieux géographiques: Place du Canada, Québec, Durban Montréal Kyoto

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5

Merci d'avoir voté

Haut de page

Commentaires

Commentaires