Lisette Dumesnil-Landreville veut une administration humaine

Geneviève
Geneviève Geoffroy
Envoyer à un ami

Envoyer cet article à un ami.

Lisette Dumesnil-Landreville n’y va pas par quatre chemins. La femme qui dit ne pas avoir la langue de bois mentionne vouloir agir et mener de front des dossiers plausibles, et surtout réalisables, si elle est élue à la tête de la municipalité le 28 octobre.

Lisette Dumesnil-Landreville veut une administration humaine

Pour celle qui œuvre au sein de la communauté depuis plus de 40 ans, ce qui importe, pour la prochaine année, c’est de travailler sur les projets en cours. « Je n’ai pas réellement de programme, j’ai des orientations. On ne s’en cachera pas, le poste n’est disponible que pour un an avant de retomber en élections », mentionne le plus simplement du monde Lisette Dumesnil-Landreville.

Sa principale orientation? Axer les décisions sur « l’humain ». Selon elle, Saint-Sulpice pourrait développer davantage son réseau communautaire, que ce soit pour les adolescents ou pour les jeunes mères de famille.

« Avec mon bénévolat, je me suis rapidement rendu compte que les adolescents sont laissés pour compte au sein de la municipalité et ils sont trop vieux pour la Maison des jeunes. J’aimerais donc les rencontrer afin de cibler leurs besoins, c’est la même chose pour les nouvelles mères », explique-t-elle.

Lisette Dumesnil-Landreville aimerait également favoriser le développement d’un regroupement d’artistes de tous genres au sein de la paroisse. « Grâce à mon implication au comité de la Petite Séduction, j’ai rapidement constaté que la région dispose de plusieurs artistes dans la région qui pourraient apporter beaucoup à la communauté », dit-elle.

En connaissance de cause

Celle qui s’est présentée aux élections générales en 2009 et aux élections partielles en 2011, pour le poste de conseillère, espère bien que, cette fois, les citoyens lui accorderont leur appui.

« Mon implication m’a permis de prendre connaissance des principaux enjeux », argue-t-elle, soulignant qu’elle s’est énormément renseignée sur plusieurs dossiers importants de la municipalité comme celui des gaz de schiste, des égouts et celui de l’aspect récréotouristique de Saint-Sulpice, montrant même des documents à l’appui lors de sa visite dans les locaux de TC Media.

« Il faut être très vigilant. Pour ma part, j’interdirais carrément l’exploitation des gaz de schiste. Si les basses-terres du Saint-Laurent ont été zonées agricoles en 1978, ce n’est certainement pas pour en faire de l’exploitation gazière aujourd’hui », commente-t-elle avec fougue.

Les égouts? Un dossier qui traîne et qui devra être réglé rapidement selon l’aspirante. « Il y a eu de la négligence dans ce dossier, ça presse, tant pour se conformer au Règlement sur l'évacuation et le traitement des eaux usées des résidences isolées, que pour permettre aux citoyens de savoir sur quel pied danser », indique-t-elle.

En ce qui concerne le dossier du tourisme, Lisette Dumesnil-Landreville semble réticente à un développement dans les îles Ronde et Bouchard, citant au passage une étude effectuée par la firme Patri-Arch il y a quelques années. L’inventaire et caractérisation du patrimoine bâti et paysager de la MRC de L’Assomption effectué par ladite firme stipule que les îles constituent un milieu fragile et que « l’accroissement de l’achalandage sur les îles pour la pratique d’activités de plein air ou d’observation de la nature devrait s’accompagner d’infrastructures d’accueil les plus légères possible ».

« À partir de là, il faudra voir comment gérer ce dossier pour respecter la faune et la flore et s’assurer que les retombées économiques soient intéressantes pour Saint-Sulpice », commente-t-elle.

Il est à noter que le climat au conseil municipal tout comme celui des taxes municipales ont aussi été abordés par Lisette Dumesnil-Landreville. Cette dernière mentionne avoir remarqué que ce dernier s’était amélioré au cours des dernières séances. « Il persiste toutefois des tensions extrêmes, notamment avec le Service des loisirs, qui, selon moi, freinent l’implication citoyenne. J’espère pouvoir y remédier si je suis élue. » Quant aux taxes, elle espère pouvoir les réduire tout en sachant qu’elle dispose de peu de marge de manœuvre.

Finalement, Lisette Dumesnil-Landreville, dans le cas où elle serait portée à la tête de la municipalité, mentionne vouloir demeurer près de la population. C’est pour cette raison, dit-elle, qu’elle se rendrait disponible trois jours par semaine, dont un soir, pour les citoyens, des rencontres qui seraient effectuées sans la tenue d’un registre spécifie-t-elle.

Organisations: Maison des jeunes, TC Media, Patri-Arch Service des loisirs

Lieux géographiques: Saint-Sulpice, Saint-Laurent, îles Ronde MRC de L’Assomption effectué

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5

Merci d'avoir voté

Haut de page

Commentaires

Commentaires