Même les experts ont besoin d’assistance

Bernard
Bernard Landreville
Envoyer à un ami

Envoyer cet article à un ami.

Jean est comptable. Il a passé sa vie à vérifier les chiffres des contrats et des ententes, qui lui sont passés entre les mains. Diane a été dans la vente toute sa vie. Il ne s’est pas passé une semaine sans qu’elle remplisse un contrat de vente. Germain est un notaire et comme tous les gens de sa profession, son quotidien se résumait à bâtir des contrats pour ses clients : contrat de vente, entente contractuelle, cession de droits, testaments, contrats de mariage, entre actionnaires. Bref, la rédaction de documents légaux qui scellaient une entente. Qu’ont-ils en commun?

 

Outre le fait que les trois ont une expertise indéniable, chacun dans leur domaine, qu’ils sont en mesure de rédiger une entente adéquate entre deux parties et qu’ils sont tous les trois en pleine démarche de préretraite, ils ont, sans exception, eu recours à une aide extérieure pour normaliser leur état.

Bien qu’ils aient pu eux-mêmes rédiger les ententes qui les liaient avec leurs successeurs, ils ont préféré faire appel à des experts encore plus spécialisés. On peut être le meilleur dans son domaine, mais lorsque vient le temps de négocier pour son propre compte des conditions de transfert d’entreprise, rien ne vaut les conseils d’experts en la matière.

À titre d’exemple, prenons les sprinters les plus rapides au monde. Ils peuvent être dominants au 100 mètres, mais cela ne veut pas dire qu’ils le seront au relais quatre fois 100 mètres.

Vous verrez d’ailleurs aux Jeux olympiques de Londres, l’an prochain, que plusieurs équipes n’utiliseront pas nécessairement les quatre coureurs les plus rapides, mais plutôt ceux qui sont les mieux adaptés à la situation.

Il en va de même dans notre travail, dans nos relations et dans nos vies. Demander de l’aide pour résoudre un problème ou un défi n’est pas un exemple de faiblesse, mais bien plus une preuve de sagesse. Malgré toutes nos compétences, nous avons nos limites et reconnaître ce fait est signe de grande maturité et d’ouverture.

Bien des gens me contactent pour diverses raisons et j’en suis extrêmement flatté, mais la vie m’a appris à ne pas outrepasser mes capacités (j’ai une cicatrice de 15 cm sur le dessus du crâne pour le prouver) et à chercher de l’aide, lorsque nécessaire.

À tous ceux et celles qui s’interrogent et qui ne trouvent pas de réponses, je dis n’y allez pas au hasard, ne vous en remettez pas à la chance, car malheureusement, elle est portée à frapper sans discernement et à s’enfuir le temps venu.

La chose est aussi vraie au travail. Vous ne serez pas pointé du doigt pour avoir voulu vous améliorer, pas plus que vous ne serez dénigré de poser des questions afin de mieux comprendre ou intégrer ce que vous faites. Et si jamais tel était le cas, dites-vous qu’il y a sûrement quelqu’un quelque part qui recherche une personne comme vous, qui a soif de s’améliorer, de devenir meilleur, et cela, malgré toutes vos compétences.

J’ai envie de vous lancer un défi ce matin : que tous ceux qui n’en ont pas se trouvent un mentor qui pourra les aider dans une facette de leur vie. Échangez ensemble pendant un certain temps et ceux et celles qui voudront témoigner d’améliorations que leur aura apportées le mentorat, je vous céderai volontiers l’espace voulu pour le faire dans ce bulletin.

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5

Merci d'avoir voté

Haut de page

Commentaires

Commentaires