« Chercher Noise », la quête de Domlebo…

Olivia
Olivia Nguonly
Envoyer à un ami

Envoyer cet article à un ami.

Domlebo a présenté son film Chercher Noise au Festival International du Film sur l’Art (FIFA).

Après avoir agité ses baguettes pendant dix ans sur scène avec Les Cowboys Fringants, Domlebo a décidé de faire cavalier seul et c’est dans ce contexte qu’il lance son premier album solo, Grand Naïf, en 2009. Aujourd’hui, il écrit un nouveau chapitre de sa carrière en présentant son film Chercher Noise à la 30e édition du Festival International du Film sur l’Art (FIFA).

Chercher Noise n’est pas un film comme on a l’habitude d’en voir : ce sont dix nouvelles chansons de Domlebo enregistrées avec 37 invités lors de 10 sessions créatives qui se sont déroulées sur une période d’un an. Chercher Noise c’est aussi « chercher le trouble, la querelle », précise le principal intéressé.

« J’aime la confrontation, parce que si tous les gens étaient pareils, on n’avancerait pas. (…) J’ai voulu rencontrer d’autres artistes et leurs influences en me disant : “ça se peut que ça ne soit pas bon des fois, mais c’est pas grave” », raconte « le p’tit gars de Charlemagne », comme il se décrit lui-même.

Le projet audiovisuel, qui a été présenté au FIFA, est une première en son genre, selon son créateur : « Il fallait le faire parce que ça n’existait pas (…) À l’échelle québécoise, je crois que les gens en seront inspirés. Chercher Noise pourrait devenir une référence, parce que nous partions de rien ».

« Chercher Noise » : un docu-réalité accessible

Avant-gardiste le petit dernier de Domlebo? « J’ose le croire. Du moins, nous sommes en phase avec notre temps », répond-il. Le fait que les réalisateurs de Chercher Noise, Stéphan Doe et Daniel Robillard de Yellowtable, ne soient pas des musiciens auraient profité au projet, ajoute l’ancien Cowboys.

« On gagne même les irréductibles, observe le musicien, puisqu’il y a un travail de vulgarisation qui a été fait, sinon nous nous serions adressés à un public plus pointu. (…) C’est comme si on était pris en main par un enseignant qui donne un cours dynamique », image Domlebo.

C’est en s’interrogeant sur ses propres centres d’intérêt et ceux du public que lui vient l’idée d’allier « musique et documentaire » : « Je me suis demandé ce que j’aimais et qu’est-ce que les gens aiment regarder ». La démarche des musiciens constitue son élément de réponse : « C’est une façon pour mieux apprécier et apprivoiser leurs chansons ».

Partager son processus créateur c’est une chose, mais comment on vit cette ouverture à l’autre, qui est habituellement du domaine du privé? « Ça prend beaucoup de confiance en soi. Je n’aurais pas fait le même exercice en 2009, puisque j’avais moins d’expérience. (…) Il faut toutefois être à l’aise avec le fait d’être devant la caméra. »

Au cours des prochains mois, Domlebo prévoit dévoiler Chercher Noise sur le web, brûler les planches de différentes scènes avec ses nouvelles chansons et faire voyager son film dans les festivals. « Nous aimerions être présents pour échanger avec le public et répondre à ses questions », projette le « p’tit gars de Charlemagne ».

Organisations: FIFA, International du Film

Lieux géographiques: Charlemagne

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5

Merci d'avoir voté

Haut de page

Commentaires

Commentaires