L’Assomption : la ville aux sculptures géantes

Valérie
Valérie Houle
Envoyer à un ami

Envoyer cet article à un ami.

Lorsque vous déambulerez dans les rues de L’Assomption, ne soyez pas surpris d’y croiser d’immenses structures métalliques colorées. En effet, grâce à la mobilisation de la communauté culturelle assomptionniste, le projet Œuvres monumentales entre ciel et terre a vu le jour et pas moins de 13 sculptures seront installées à des points stratégiques du centre-ville de la municipalité.

Ces œuvres monumentales, dont certaines d’entre elles ont été créées il y a plus de 40 ans, proviennent de la propriété de l’artiste-sculpteur, Germain Bergeron, reconnu pour avoir repoussé les limites de la sculpture dans les années 1960.

« Deux options se présentaient à moi, confie Germain Bergeron. Est-ce que mes œuvres retournaient là d’où elles venaient, c’est-à-dire à la "cour à scrap", ou bien on allait les récupérer à nouveau? Une œuvre d’art, c’est fait pour être vu, palpé, touché. C’est un soulagement de savoir mes œuvres en vie et disponibles. »

Les sculptures ont été confiées au restaurateur et résidant de L’Assomption, Robert Brulotte, qui a donné une deuxième vie aux gigantesques structures. « C’est mon métier de restaurer des œuvres d’art, j’ai tout de suite vu le potentiel de ce que ça pourrait devenir, j’y croyais beaucoup », exprime l’artiste qui a ramené les sculptures à l’heure du jour avec de la couleur et du métal brut.

Dans le but de faire renaître ces sculptures à L’Assomption, l’organisme à but non lucratif L’Art en plein air à L’Assomption a été mis sur pied il y a près de deux ans. « Nous voulions créer une galerie d’art à ciel ouvert, afin de créer des espaces publics riches et permettre aux gens de vivre une expérience éducative, culturelle et touristique, mentionne Claude de Grandpré, président du conseil d’administration de l’organisme L’Art en plein air. Nous voulons donner une authenticité artistique unique et ce projet est la première signature forte de notre Quartier des arts. »

Les 13 sculptures métalliques sont prêtées à la Ville de L’Assomption pour une durée de cinq ans et cette dernière a le mandat de mettre en valeur, d’entretenir et de faire la promotion de ces œuvres d’art.

Démocratisation de la culture

Selon l’optique de la galerie d’art à ciel ouvert, il est possible de parcourir la distance qui sépare les œuvres à pied, selon l’inspiration du visiteur.

« Les gens pourront circuler à pied librement, à leur rythme, selon leur instinct ou l’inclinaison du moment, explique Agathe Sauriol, représentante de Tourisme Lanaudière. Le tout a été réalisé dans un effort de socialisation et de démocratisation de l’art. »

À l’heure actuelle, six des 12 structures métalliques ont déjà été installées dans les rues de L’Assomption. « Les œuvres ont été disposées à un endroit en particulier parce qu’il y a toujours un lien entre la sculpture et le lieu physique où elle est située », ajoute Agathe Sauriol.

Par exemple, à l’entrée du centre-ville de L’Assomption, à l’angle du boulevard L’Ange-Gardien et de la rue du Portage, se retrouve Le golfeur, « étant donné que L’Assomption compte trois clubs de golf », image Mme Sauriol.

Plusieurs autres œuvres orneront la devanture des commerces du boulevard L’Ange-Gardien, d’autres meubleront le paysage devant le Collège de l’Assomption et le Cégep régional de Lanaudière à L’Assomption. Finalement, une sculpture se retrouvera sur la rue Saint-Étienne, et l’autre devant la Maison La Trace.

Parrainage

Le transport et la restauration de ces structures d’envergure nécessitent un investissement financier majeur. C’est pourquoi les entreprises et les familles sont invitées à parrainer une œuvre.

Une plaque au nom de l’entreprise, de la personne ou de la famille sera installée sur l’œuvre, faisant mention de sa contribution. D’ores et déjà, TC Média, les Supermarchés IGA Crevier Lanaudière, la Caisse populaire Desjardins Pierre-Le Gardeur et le Théâtre Hector-Charland ont déjà confirmé leur parrainage pour une de ces œuvres. Le ministère de la Culture et de la Condition féminine apporte aussi son soutien au projet Œuvres monumentales entre ciel et terre.

Organisations: Ville de L’Assomption, Tourisme Lanaudière, Collège de l’Assomption Cégep régional de Lanaudière Maison La Trace Caisse populaire Desjardins Pierre-Le Gardeur Théâtre Hector-Charland Ministère de la Culture

Lieux géographiques: L’Assomption, Assomption, Boulevard L’Ange-Gardien Rue Saint-Étienne

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5

Merci d'avoir voté

Haut de page

Commentaires

Commentaires

Derniers commentaires

  • Rachel Boutin-Quesnel
    26 juin 2012 - 20:35

    Quel plaisir de savoir que Germain Bergeron revient dans le public. Je l'ai bien connu du temps qu'il était professeur d'art à l'école Curé-Antoine-Labelle de Sainte-Rose. Mes filles, mon mari et moi apprécions beaucoup son art et sa conception de l'art. Ce serait avec le plus grand plaisir que nous le rencontrerions à nouveau et surtout de voir et revoir ses oeuvres. Est-ce que nous reverrons le fameux Don Quichotte de l'Expo 67? Merci pour ce reportage dans votre journal.