Des « légendes urbaines » au Centre d’exposition de Repentigny

Envoyer à un ami

Envoyer cet article à un ami.

Les légendes. Depuis la nuit de temps, elles sont inspirantes. Peu importe de la façon dont elles sont traitées, elles ne cessent de susciter l’imagination, de déformer la réalité, de transcender le tangible et le concret. Élisabeth Dupond en fait maintenant sa propre interprétation et présentera ses Légendes urbaines / Œuvres récentes au Centre d’exposition de Repentigny du 26 août au 23 septembre

Élisabeth Dupond allie les estampes, le dessin, la photographie et l’installation dans ses œuvres.

L’estampe étant le pivot central de sa pratique artistique, Élisabeth Dupond a intégré, au gré du temps, le dessin, la peinture, la photographie et l’installation dans la création de ses œuvres. Son espace d’exposition devient alors un élément dans lequel ses œuvres prennent tout leur sens.

Selon Élisabeth Dupond, « l’œuvre se construit de rythmes et de mouvements. Le support devient un endroit de passage où se condensent gestes et pensées. La matière y joue un rôle déterminant, car c’est à son contact que se précise l’œuvre. »

Légendes concrètes

Ce n’est pas nouveau, les légendes urbaines occupent dans les espaces publics et privés une place qui vient créer chez celui qui en est l’origine, comme chez celui qui le reçoit, un espace dialogué où l’anecdote composée de faits réels ou inventés alimente l’inconscient du créateur et du raconteur.

La réalité révélée finit parfois par dépasser la fiction initiale et devient plus vraie que nature. Parfois, les retombées entretenues par les légendes urbaines magnifient ou discréditent ce que l’humain a de plus intime et vulnérable en lui.

Élisabeth Dupond abonde en ce sens : « il en est ainsi des objets trouvés au hasard que je détourne de leur réalité initiale en les transformant, en y intégrant des fragments d’estampes, de dessins, de photos, de tracés que j’assemble pour former de nouveaux objets, eux-mêmes porteurs de nouvelles histoires. »

Par exemple, l’œuvre de l’artiste intitulée Volet sentimental, issue de la série volets, fait référence au monde de l’enfance d’Élisabeth Dupond, qui s’est déroulée en grande partie à Saint-Sulpice.

L’exposition de la créatrice est une invitation autant à l’abandon qu’à la rêverie, où le spectateur est convié à s’approprier à son tour les objets trouvés qui lui sont présentés afin qu’il puisse inventer ses propres légendes et poser un regard différent sur les objets qui l’entourent. (VH)

Le vernissage se déroulera le dimanche 26 août à 14h en présence de l’artiste. Le Centre d’exposition de Repentigny est situé au 3, place d’Évry, Repentigny.

Organisations: Centre d’exposition de Repentigny

Lieux géographiques: Saint-Sulpice, Place d’Évry

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5

Merci d'avoir voté

Haut de page

Commentaires

Commentaires