« Les Cowboys Fringants sont toujours là après tout ce temps » - Jérôme Dupras

Valérie
Valérie Houle
Envoyer à un ami

Envoyer cet article à un ami.

Le groupe récolte quatre nominations à l’ADISQ

Groupe de l’année. Chanson de l’année. Spectacle de l’année. Album rock de l’année. Pas moins de quatre nominations au gala de l’ADISQ 2012 pour les Cowboys Fringants. Qu’est-ce que ce groupe bien de chez nous pourrait demander de plus? Simplement de continuer à faire ce qu’ils font, avec des gens pour les suivre. Performants et peu exigeants, ces Cowboys Fringants.

Les Cowboys Fringants sont en nomination dans quatre catégories au gala de l’ADISQ, qui aura lieu le dimanche 28 octobre.

« C’est sûr que ça nous fait chaud au cœur d’avoir autant de nominations, confie Jérôme Dupras, bassiste du groupe, au bout du fil. On est heureux et fier parce que c’est à recommencer chaque fois lorsque tu sors un nouvel album. Même si tu as une bonne base, tu ne sais pas comment ça va être reçu, si ça va tourner à la radio, si les salles vont être fréquentées. Ces nominations nous donnent la confirmation un an après la sortie de Que du vent que les Cowboys Fringants sont toujours là, qu’on existe encore après tout ce temps. »

Malgré des moments plus forts et certains plus faibles, le fléau du téléchargement illégal et des dizaines de variables aussi imprévisibles qu’une crise économique, Jérôme Dupras affirme que le groupe reçoit toujours autant de la part de ses fans.

« L’énergie qu’on reçoit est toujours aussi positive, dit-il. C’est sûr qu’on a vu une évolution, notre public de la première heure a vieilli. Ceux qui nous suivaient quand ils étaient au cégep et à l’université ont maintenant des enfants et ils les emmènent dans nos shows. Le public se renouvelle constamment et nos concerts ratissent large, on arrive à rejoindre autant les jeunes que les vieux. »

Les Cowboys ont aussi développé leur marché en Europe, où ils ont peu dernièrement expérimenté de plus grandes salles et de nouveaux pays. « Mais notre priorité, ça reste la tournée au Québec. L’esprit du groupe est encore le même, on reste avec les mêmes personnes, le même entourage, la même atmosphère », rassure le bassiste.

Évolution qui mène à nomination

Rester les mêmes, oui, mais en ayant la capacité d’évoluer dans leurs œuvres, voilà ce qui caractérise les Cowboys Fringants. « On a la volonté d’évoluer dans nos propos, dans nos textes, dans la musique, dans l’approche sonore. Il faut se réinventer. Dans le nouvel album, on reconnaît la patte des Cowboys avec, dans ce cas-ci, une nouvelle touche rock. »

Qu'est-ce qui fait que le groupe a obtenu autant de nominations à l’ADISQ? Pour Jérôme Dupras, le rayonnement de l’album a grandement contribué à ouvrir les oreilles de ceux qui tirent les ficelles de l’ADISQ. En effet, seulement trois mois après la sortie de Que du vent, les Cowboys Fringants ont obtenu un disque d’or.

« On est très à l’aise avec notre nouvelle connotation plus rock, plus musclée, avec un son de guitare électrique plus présent. Notre album n’aurait pas pu cadrer dans la catégorie pop, par exemple. »

Malgré cette reconnaissance, les membres du groupe ne s’attendent à rien, même s’ils ont été nommés groupe de l’année à l’édition 2011 du gala de l’ADISQ (où ils avaient d’ailleurs demandé publiquement de ne pas voter pour eux étant donné qu’ils étaient en période de création).

« L’année passée, on se sentait mal parce qu’on était en pleine création, mais ce n’est pas que l'on ne l'a pas apprécié. Au contraire, cette année, on a sorti notre album, on a fait une centaine de concerts dans quatre pays et dans l’Est du Canada en plus du Québec, on s’est engagé dans des causes, je crois que ce n’est pas du vol. »

Pour les Cowboys, c’est toujours un honneur d’être assis dans la salle lors de la soirée de l’ADISQ. « C’est aussi le fruit d’une quinzaine d’années de travail pour faire partie du portrait culturel québécois. C’est dur de percer au Québec, mais c’est encore plus difficile d’y rester. »

Pour l’instant, pas besoin de s’inquiéter, deux de leurs chansons du nouvel album tournent dans les radios, en plus de toutes celles des albums précédents qu’on ne se lasse pas d’entendre. L’une d’elles, Paris-Montréal, est d’ailleurs en nomination pour la chanson de l’année. Cela aurait-il été le choix des Cowboys, s’ils avaient pu décider de leur chanson en nomination? « On a tous nos chansons fétiches et parfois ça devient difficile de s’écouter parce qu’on l’entend tout le temps. Toutefois, dans notre série de concerts, c’est cette chanson qui nous représente, on ouvre le spectacle avec Paris-Montréal et elle contient le nouveau son électrique qu’on veut diffuser. Mais il y a plein d’autres bonnes chansons sur l’album », ajoute Jérôme Dupras en riant.

Les Cowboys Fringants sont pour l’instant en pause depuis la mi-août étant donné que Karl Tremblay et Marie-Annick Lépine auront au cours des prochaines semaines leur premier enfant. Ils redémarreront leur tournée vers le mois de mars pour environ un an et Jérôme Dupras avoue que déjà, un travail de création débutera vers la fin de l’année 2013.

D’ici là, vous aurez la chance de voir les Cowboys dans votre télé le dimanche 28 octobre au gala de l’ADISQ.

Organisations: ADISQ, Groupe de l’année à l’édition

Lieux géographiques: Québec, Europe, Canada

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5

Merci d'avoir voté

Haut de page

Commentaires

Commentaires