De la « Maison de l’amour » à la cour

Geneviève
Geneviève Geoffroy
Envoyer à un ami

Envoyer cet article à un ami.

Claudia Brignoli en attente de son verdict

Ce n’est que le 17 décembre prochain, presque deux ans jour pour jour après le début de sa descente aux enfers, que Claudia Brignoli, ex-candidate de la populaire émission de téléréalité Occupation Double saura si elle est rendue coupable de voies de fait envers un policier et d’entrave à un agent de la paix.

Claudia Brignoli avait l'air serein lors de l'audience du 1er octobre.

D’ici là, le juge de la cour municipale de Repentigny, Claude Lemire, devra statuer des représentations sur sentence qui ont été livrées par l’avocate de l’accusée, Katia Leontieff, ainsi que par le procureur de la Couronne, Jean-Sébastien Brunet, le lundi 1er octobre.

Un geste involontaire?

Dans le but de faire disculper sa cliente, la procureure de la défense, Me Leontieff, s’est tournée vers une défense d’intoxication involontaire.

Dans sa plaidoirie, Me Leontieff ne prétend par nier les faits. Toutefois, elle demande au juge d’acquitter sa cliente s’il y a un doute raisonnable quant à l’intention criminelle placée derrière ces gestes.

Rappelons que Claudia Brignoli, bien qu’elle ne puisse en être certaine, déduit qu’elle a été droguée, le soir du 9 janvier 2010, lors d’une sortie dans un bar de Repentigny en compagnie d’autres membres de la saison 5 d'Occupation Double. Le lendemain, vers 5h30, l’ex-candidate aurait agressé une policière du Service de police de la Ville de Repentigny.

Selon cette hypothèse présentée par Me Leontieff, c’est cette substance qui aurait mené Claudia Brignoli à agir de manière agressive et à poser des gestes sans en avoir pleinement conscience – dont les voies de fait –, une théorie qui a largement été appuyée par le docteur Pierre Gagné, expert de la défense.

Dans la loi, une personne qui agit sans intention coupable ne peut être reconnue coupable de ces gestes.

Ou volontaire?

Pour sa part, le procureur de la Couronne, Me Jean-Sébastien Brunet, a demandé au juge, dans sa plaidoirie, s’il y avait réellement un doute raisonnable à avoir sur l’intention criminelle de l’accusée.

Me Brunet remet ainsi en cause l’inconscience et la perte de contact de la réalité présentées par la défense au moment des faits.

« Elle sait reconnaître un ambulancier et un policier. Elle demande même de l’aide à une amie présente sur les lieux pour “se sauver”. Une personne qui n’est qu’un robot ne formule pas un souhait, et ce n’est certainement pas du comportement animal comme le prétend le docteur Gagné », donne pour exemple Me Brunet.

Le procureur remet aussi en cause les témoignages de l’hôte de la soirée qui, selon ses propos, se contredisent. Il est à noter, dans ce dossier, que la preuve repose d’emblée sur la crédibilité du témoignage de l’accusée et des témoins de l’évènement. À la lumière de ces derniers, le juge devra statuer s’il persiste un doute raisonnable quant à l’intention des gestes posés.

Organisations: Service de police, Ville de Repentigny

Lieux géographiques: Repentigny, La Couronne

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5

Merci d'avoir voté

Haut de page

Commentaires

Commentaires

Derniers commentaires

  • Jean-François Grenon
    03 octobre 2012 - 20:44

    C'est ce qui semble une bien triste histoire, car si Claudia a été droguée à son insu, comme ça arrive parfois, et qui , en plus , est appuyé par le témoin-expert psychiatre, et bien je lui souhaite de blanchir son nom, car elle a dû en subir du stress, de la perte de temps, ainsi que des frais de défense assez élevés, compte tenu des nombreuses présences à la Cour, en plus de la préparation de la cause... j'espère qu'elle aura gain de cause, dans la mesure où sa version est la bonne, car elle a vécu tous ces inconvénients qui auraient pu être évités si la Couronne avait pris en considération les éléments soulevés par la défense...d'autant plus que lorsqu'il s'agit d'allégations criminelles à l'endroit de policiers, ils ne vont pas les accuser trop facilement...deux poids, deux mesures? Au moins ne jugeons pas madame Brignoli à l'avance! Jean-François Grenon Laval