Quand le sommeil va tout va

Geneviève
Geneviève Geoffroy
Envoyer à un ami

Envoyer cet article à un ami.

104 parents ont assisté à une conférence sur le sommeil des tout-petits

C’est devant une foule composée de plus d’une centaine de parents attentifs qu’Ingrid Bayot, infirmière et sage-femme de formation belge, consultante pour l’Agence de Santé de l’Estrie et formatrice en périnatalité, a donné une conférence sur le sommeil, intitulée « Le sommeil du tout-petit : physiologie, défis, rôle des parents », à Mascouche le jeudi soir 20 septembre.

Plus de 100 parents étaient présents dans la salle pour mieux comprendre le sommeil de leurs bébés.

L’infirmière a commencé la conférence en traitant du sommeil en général pour tranquillement se diriger vers la raison pour laquelle les parents s’étaient déplacés, le sommeil des tout-petits.

« Le message général était le suivant : il n’y a pas une seule recette pour le sommeil des enfants, chaque enfant est différent et il faut s’y adapter, mentionne Geneviève Rinfret, secrétaire-trésorière de Nourri-Source Lanaudière et responsable de Nourri-Source, secteur Lamater (Terrebonne, Lachenaie t La Plaine). Il faut essayer toutes sortes de choses et se méfier des personnes qui désirent nous conseiller une recette magique. »

L’infirmière a ainsi abordé plusieurs thématiques au cours des deux heures et demie qu’a duré la conférence. Il a notamment été question des tétés de nuit, du sommeil qui différencie les enfants nés à terme de ceux nés préterme (le bébé préterme dort beaucoup et les éveils sont courts alors que les bébés nés à terme, bien qu’ils dorment beaucoup également, ont des éveils irréguliers, imprévisibles et groupés), de l’endormissement et surtout du rôle des parents.

« Le rôle des parents ne se limite pas à "Comment aider son enfant à faire ses nuits". C’est un accompagnement bienveillant à long terme envers un bébé qui évolue très vite dans ses besoins, ses demandes, et qui traverse différentes étapes de son développement », prévient-elle.

Elle mentionne que plusieurs courants d’opinion circulent pour dicter aux parents « comment faire » pour endormir leur bébé en le laissant pleurer X minutes, dormir avec ou sans lui, pour que le bébé « fasse ses nuits ». Elle est catégorique, il n’y a pas de recettes : chaque bébé est unique et n’a pas les mêmes besoins à deux jours, deux semaines, deux mois ou six mois. Elle rappelle que chaque famille a ses propres limites, qui dépendent des personnes en présence, du contexte, des proches plus ou moins présents et soutenant. « Il est important de ne pas s’imposer certaines choses parce qu’on est telle date, parce que le bébé a tel âge. Chaque bébé est différent », soutient-elle.

Organisations: Agence de Santé

Lieux géographiques: Mascouche, Secteur Lamater, La Plaine

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5

Merci d'avoir voté

Haut de page

Commentaires

Commentaires