Danielle Lacroix écrit une page d’histoire au Collège de l’Assomption

Daniel Richard
Envoyer à un ami

Envoyer cet article à un ami.

La première femme à la direction générale de l’institution

Difficile à croire, mais l’ancienne étudiante du Collège de l’Assomption, Danielle Lacroix écrira la page d’une histoire plus que garnie.

Danielle Lacroix deviendra la première directrice du Collège de l’Assomption, fondé en 1832.

Elle deviendra, à compter de 4 août, la première femme à diriger le Collège de l’Assomption.

Dès les premières minutes de l’entretien avec Mme Lacroix, on constate tout l’amour qu’elle voue à son ancienne école. « La seule raison pour laquelle j’ai quitté l’école Jacques-About de l’Académie Ste-Thérèse est pour aller au Collège de l’Assomption », lance-t-elle d’emblée.

Mme Lacroix a fait sa première apparition publique au Collège, lors du gala félicitant les athlètes de l’école assomptionniste. Sa visite s’est alors transformée en conventum improvisé, où elle a croisé plusieurs figures connues. « C’est un drôle de sentiment de revenir ici, indique celle qui a débuté ses études au CLA en 1970. Je me promenais dans le Collège plus tôt aujourd’hui et lorsqu’on marche sur les planchers qui craquent, on se rend compte de toute l’histoire du collège. Ça faisait drôle de remettre les pieds ici et de voir les murs et les locaux que j’ai vus tout au long de mon secondaire. C’est aussi spécial de voir tout ce qui a changé et toutes les nouvelles infrastructures, notamment pour le sport », rapporte la future directrice dans les bureaux des enseignants en éducation physique, quelques minutes avant le début de gala.

Un CV bien garni

Pour la première fois, les élèves trop turbulents n’iront pas chez le directeur, mais chez la directrice. Et soyez assuré que cette dernière n’en est pas à ses premières armes dans l’administration scolaire.

Elle occupe le poste de directrice au campus Jacques-About de l’Académie Ste-Thérèse depuis 1996. Au total, Mme Lacroix cumule 27 années d’expérience en administration scolaire. Elle a aussi travaillé au Collège André-Grasset comme professeur en éducation physique, puis comme directrice du service des activités physiques et sportives pendent plus de dix ans.

Mme Lacroix a d’ailleurs marqué son passage au Collège de plusieurs activités sportives. Elle a été membre de l’équipe de volleyball tout au long de son parcours au secondaire. Elle a aussi joué au ballon sur glace et a été membre du club de jogging. Comme si ce n’était pas suffisant, elle a joué au badminton et fait de l’athlétisme. Elle a établi un record pour le lancer du javelot, dans la catégorie juvénile féminin, qui a tenu jusqu’en 1991.

Première femme… et puis après ?

Si l’entourage de Mme Lacroix mesure l’ampleur de sa nomination, la principale intéressée fait preuve d’humilité et s’explique mal toute la fébrilité entourant la page d’histoire qu’elle s’apprête à écrire.

« Je comprends que je serai la première femme, mais c’est avant tout une fierté de représenter le Collège. Lorsque j’ai posé ma candidature, il y avait aussi le côté sentimental qui entrait en jeu. C’est un retour aux sources. C’est aussi l’occasion de redonner, puisque j’ai tellement appris ici », témoigne-t-elle.

Et la pression de chausser des souliers jusque-là porté par des hommes ? « Tout le monde me pose cette question, mais je ne la comprends pas et je crois savoir pourquoi. Je suis la première femme, mais je suis avant tout la directrice au même titre que mes prédécesseurs. J’ai occupé plusieurs rôles de direction et souvent dans le domaine de l’éducation physique. Ça ne sera pas la première fois où je vais être dans un monde d’hommes », livre-t-elle.

Dès son arrivée, Danielle Lacroix compte poursuivre la tradition sportive qui fait la renommée de Collège. Les jeunes doivent avoir le goût de se lever pour venir à l’école le matin. C’est du moins la philosophie de la prochaine directrice. « Les jeunes doivent avoir le goût de venir à l’école. La priorité, c’est l’école, mais un élève impliqué, que ce soit dans les sports ou dans les arts sera plus motivé à réussir ses cours », souligne Mme Lacroix.

Celle-ci s’assurera également que le Collège demeure impliqué dans la communauté. « Avec toute l’histoire que nous avons, nous devons continuer d’être présents à L’Assomption », conclut-elle.

Organisations: Collège de l’Assomption.Dès, Académie Ste-Thérèse, école Jacques-About

Lieux géographiques: Campus Jacques-About

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5

Merci d'avoir voté

Haut de page

Commentaires

Commentaires