Engagez-vous, qu’ils disaient!

Valérie
Valérie Houle
Envoyer à un ami

Envoyer cet article à un ami.

Des jeunes du Collège de l’Assomption participent à la Nuit de l’engagement

Une quarantaine de jeunes de deuxième cycle du Collège de l’Assomption ont vécu une expérience particulière en demeurant à l’école pendant 24 heures en continu pour la Nuit de l’engagement solidaire.

Les 15 et 16 mars, 42 élèves impliqués dans le programme de leadership du Collège de l’Assomption, dans une activité parascolaire ou dans leur communauté ont passé la soirée, la nuit et toute leur journée de congé à prendre conscience de l’engagement à plusieurs niveaux.

« Il s’agit de les faire réfléchir sur la solidarité locale et internationale, sur l’environnement en les faisant participer à des ateliers de sensibilisation et leur démontrer d’une façon concrète ce que c’est que de s’engager dans sa communauté », maintient Marie-Christine Gélinas, animatrice de pastorale au Collège de l’Assomption.

Pouvoir et conflit

Le jeudi soir, les élèves participaient au jeu de simulation « Pouvoir et conflit », inspiré de l’idéologie de Paolo Freire, un pédagogue brésilien qui a travaillé avec les pauvres au Brésil.

L’idée du jeu est qu’après avoir gagné, perdu et échangé des jetons, les élèves se retrouvaient dans différentes classes sociales, selon le nombre de jetons qu’ils avaient accumulés, ce qui représentait leur argent. Certains se sont retrouvés chez les pauvres, d’autres dans la classe moyenne et les derniers chez les riches. Le but est de réaliser les injustices, ou les avantages, que la population vit selon la classe sociale dans laquelle elle se retrouve.

Par exemple, les pauvres n’avaient pas le droit de parler, de s’exprimer et se faisaient dire par les « gardes » qu’ils étaient responsables de leur déconvenue. « Le jeu reflétait la réalité et nous montrait les relations qu’entretenaient entre eux les pauvres et les riches, se remémore Frank Birikundavyi, élève de quatrième secondaire. On a aussi vu que l’argent pouvait empêcher d’exercer ses droits fondamentaux et que les pauvres restaient souvent pris dans leur classe sociale parce que les prix augmentent toujours, mais pas l’argent que tu possèdes. »

Cet atelier a touché les jeunes, qui se sont vraiment sentis brimés dans leur liberté individuelle. « Moi, j’ai fait partie des pauvres tout au long du jeu, qui était très long, confie Philippe Fafard, élève de quatrième secondaire. Le coût de la vie augmentait constamment, et c’était très démoralisant. On n’avait pas de pouvoir, pas le droit à la parole. Ça m’a fait réaliser que les petites choses pouvaient devenir très importantes quand on n’a pas grand-chose. »

Les jeunes qui ont participé à l’atelier ont dorénavant envie de s’impliquer davantage au niveau international, puisque cette situation est réelle dans plusieurs pays sous-développés. « Si on s’impliquait, on pourrait contribuer à changer ce phénomène », mentionne Frank Birikundavyi.

Engagement sportif et artistique

Le lendemain, le 16 mars, l’artiste Lauranne Faubert-Guay, une ancienne élève du Collège de l’Assomption qui expose maintenant à la galerie Rouge citron est venue réaliser un atelier sur l’art engagé, c’est-à-dire comment créer une œuvre et s’impliquer en même temps.

À 13h, un groupe de jeunes trisomiques est venu faire un spectacle sur les plus grands hits d’Elvis. « Costumés et en dansant, ils interprètent en ‘’lypsync’’ les chansons d’Elvis. On voulait montrer aux jeunes que malgré un handicap, il est possible de s’épanouir et de s’accomplir dans tous les domaines. »

Les jeunes trisomiques sont aussi athlètes pour les Olympiques spéciaux, ce qui démontre que l’alliage entre le sport et la culture est possible. « On pense qu’on est ouvert sur le monde, mais ça nous montre encore plus de perspectives, à chaque année ce 24 heures est très intéressant et exige de nous une prise de conscience », constate Marie-Hélène Viens, élève de cinquième secondaire.

Organisations: Collège de l’Assomption, Groupe de jeunes trisomiques

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5

Merci d'avoir voté

Haut de page

Commentaires

Commentaires