Un parcours presque sans fautes pour Karl Savard

Olivia
Olivia Nguonly
Envoyer à un ami

Envoyer cet article à un ami.

Un Repentignois remporte la Finale régionale de la Dictée P.-G.-L

C’est à grands coups d’accords de verbes et de règles de grammaire que Karl Savard, élève de sixième année à l’Académie François-Labelle de Repentigny, a remporté la Finale régionale de la Dictée P.-G.-L, qui se tenait le 22 mars à l'école Les Mélèzes de Joliette.

Non seulement le jeune homme n’a fait qu’une seule erreur dans la composition de sa dictée, mais en plus, c’était la seconde fois qu’il triomphait lors de cette compétition d’envergure, puisqu’il relevait le même défi en 2011. Son secret? « La lecture. Ça fait longtemps que j’aime lire des livres fantastiques », répond Karl.

Si on a tendance à penser que les filles ont de meilleures aptitudes en français que les garçons, Karl Savard est véritablement l’exception qui confirme la règle, comme le mentionne le directeur adjoint de l’Académie, David Poulin. « Les filles en général ont un plus grand souci du détail et de peaufinage, tandis que les garçons sont plus cartésiens et logiques », estime l’enseignant de Karl, Benoît Baillargeon.

« Peu importe que tu sois une fille ou un garçon, si tu te forces, tu peux réussir », croit l’élève, qui confie avoir fait de la visualisation afin de garder sa concentration durant l’épreuve de français.

Une préparation de longue haleine

M. Baillargeon souligne que les élèves sont soumis à une dictée préparatoire et qu’ils ont une série de mots à apprendre afin d’être fin prêts pour le jour J. « Pour accrocher les élèves, il faut aller chercher des projets d’écriture stimulants et des tâches porteuses de sens. (…) L’une de nos stratégies en ce sens est d’intégrer le nom des élèves dans les dictées, ce qui suscite leur intérêt », précise-t-il.

Quant au principal intéressé, il confie qu’il essaie de ne pas être stressé lors de la dictée et qu’il peut compter sur le soutien de ses parents : « Des fois, il y a des parents qui mettent trop de pression sur leur enfant, comme les parents d’athlètes, par exemple. Les miens me soutiennent, mais ne me mettent pas de pression. Je lis parce que j’aime ça et j’en ai envie. Je suis libre de mes choix », commente l’élève de sixième.

Le prochain défi de Karl sera de représenter son école à la Grande Finale internationale de la Dictée P.-G.-L qui se tiendra à la fin mai à Montréal. Le point culminant de ce concours réunit la jeune élite canadienne, américaine et africaine de la Dictée P.-G.-L. Ce sera l'occasion de déterminer les trois grands vainqueurs dans chacune des deux catégories : « classes francophones » et « classes de français langue seconde ». Bonne chance Karl! C’est à suivre…

Organisations: Académie François-Labelle de Repentigny, école Les Mélèzes de Joliette.Non, école à la Grande Finale internationale

Lieux géographiques: Montréal

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5

Merci d'avoir voté

Haut de page

Commentaires

Commentaires