Objectif: inciter 1000 jeunes à agir pour la sauvegarde du climat

Geneviève
Geneviève Blais
Envoyer à un ami

Envoyer cet article à un ami.

Installer un bac de récupération à la cafétéria de l'école ou troquer des vieux objets pour un Noël responsable, voilà des gestes concrets que poseront des élèves de la région afin de lutter contre les changements climatiques. Avec le projet Jeunes engagés envers le climat, le Conseil régional de l'environnement de Lanaudière (CREL) espère mobiliser 1000 jeunes lanaudois.

La coordonnatrice du projet Jeunes engagés envers le climat, Vicky Laviolette, le président du CREL, Francis Bergeron, et la vice-présidente du Forum jeunesse Lanaudière, Pascale Lapointe-Manseau. Photo Jean Chevrette

L'initiative a été lancée la semaine dernière et, déjà, elle rejoint une centaine d'étudiants du secondaire.

«La majorité des jeunes sont pessimistes par rapport à l'avenir de la planète. Dans Lanaudière, environ 80 % des gens sont inquiets. […] Les chercheurs ont pu démontrer que si on implique les jeunes dans l'action, le sentiment de négativité se transforme en un sentiment d'espoir», soutient la coordonnatrice du projet, Vicky Violette.

Et c'est exactement ce que veut faire le CREL: mettre les jeunes en action.

«Notre mode de vie n'est pas durable et certains comportements doivent changer. Si on inculque de nouvelles façons de faire, cela risque de faire boule de neige dans la communauté», soutient le président de l'organisme, Francis Bergeron.

Des démarches sont faites auprès de groupes de la sixième année du primaire, du secondaire et du collégial, auprès des maisons des jeunes et des autres partenaires, afin de rassembler le plus de monde possible autour de cette démarche. Le projet s'adresse, plus directement, aux jeunes âgés de 12 à 35 ans.

«Chaque intervention commence avec un atelier portant sur les causes et les impacts des changements climatiques. On aborde ensuite la stratégie du Problème à l'envers afin de voir comment on pourrait rendre la situation encore pire. Après cela, on entreprend le processus contraire, c'est-à-dire qu'on essaie de voir ce qui peut être fait, on essaie de trouver des solutions. Les jeunes trouvent le projet qu'ils veulent mettre de l'avant par eux-mêmes», souligne Mme Violette.

Celle-ci accompagne les jeunes au cours de chaque étape de la mise en œuvre de leurs actions.

Les 75 000 $ reçus du Fonds régional d'investissement jeunesse (FRIJ) confirment la poursuite du projet Jeunes engagés envers le climat pour une période de deux ans.

Organisations: Fonds régional d'investissement

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5

Merci d'avoir voté

Haut de page

Commentaires

Commentaires