Plus de 1000 enfants défavorisés recevront des cadeaux de Noël

Valérie
Valérie Houle
Envoyer à un ami

Envoyer cet article à un ami.

Cette semaine, l’Hebdo est débarqué au Marché champêtre de Repentigny, local qui accueille Monique Lemay et l’équipe de bénévoles du Noël pour les enfants oubliés.

Mais l’équipe de l’Hebdo Rive Nord n’est pas arrivée les mains vides, puisqu’elle a apporté plus de 70 paires de jeans pour adolescents, gracieuseté du magasin Universe. Les dons de jeans viennent de l’initiative « Give jeans a chance », qui impliquait que les clients donnaient une paire de jeans en bon état en échange d’une casquette.

Le Noël pour les enfants oubliés travaille en étroite collaboration avec notamment le CSSS du Sud de Lanaudière, Fin à la faim, la DPJ, les Centres jeunesse et Regard en elle. « Nous, on s’assure que les enfants de ces familles ont tous un cadeau pour Noël », exprime Monique Lemay, principale responsable.

Le projet de Monique Lemay a été initié avec la Corporation Mainbourg, une entreprise d’économie sociale qui participe au développement socioéconomique du milieu, où la femme s’est impliquée comme bénévole. « On offrait des cadeaux aux enfants des centres d’accueil, raconte Mme Lemay. À un moment donné, le projet est tombé à l’eau, je l'ai repris pendant trois ou quatre ans, puis je me suis dit que de la pauvreté, il y en avait aussi chez nous et c’est là que j’ai approché le CLSC. »

La première année, en 1993, le Noël pour les enfants oubliés donnait des cadeaux à environ 200 enfants. « Cette année, on en a 1025 », indique la bénévole. Pour Monique Lemay, il est important d’aider les enfants puisqu’ils sont la relève de notre société. « Si on les laisse dans leur misère, si on ne leur montre pas qu’on est là pour les soutenir, nous allons vieillir et nous ne leur laisserons rien comme héritage. On ne peut pas changer le monde, je suis bien d’accord, mais on peut faire des petits pas pour que ça avance. »

Les bénévoles du projet se concentrent à essayer de faire comprendre ce concept aux autres et sensibiliser les enfants au fait qu’il y en a de plus pauvres qui n’ont pas la même chance qu’eux. « Il faut les réveiller! L’intimidation à l’école, ça commence souvent par le fait que les jeunes ne sont pas sensibilisés à ce qui se passe vraiment », souligne Monique Lemay.

Trouver des cadeaux, un travail ardu

Pour arriver à offrir des cadeaux à plus de 1000 enfants, Monique et son équipe ont besoin de parrains qui achèteront des cadeaux aux enfants et des bénévoles qui s’impliquent pour aller acheter les choix de cadeaux des enfants.

« Nous, on a un coupon avec le prénom de l’enfant, son sexe, son âge, son choix de cadeau et l’organisme duquel il relève et les bénévoles vont acheter au moins un de ses trois choix. Ensuite, on ajoute des livres, du dentifrice, des produits d’hygiène, des jouets et du linge. »

Pour Monique, le choix de cadeau est important à respecter et il servira à égayer le Noël de l’enfant. Pour le reste, ce sont des produits de base. « Je pense qu’un pyjama, un ensemble de draps ou une brassière, dans mon livre à moi ce n’est pas un cadeau, c’est une base que tout le monde devrait avoir dans son tiroir », maintient-elle.

Trouver des cadeaux n’est pas une tâche facile. « C’est une quête qu’on fait à longueur d'année, on court les soldes et les ventes trottoirs, on essaie d’accumuler du matériel pour pouvoir combler tous les besoins. » Les jouets et l’ensemble des choses donnés aux enfants proviennent en grande partie des dons des généreux donateurs. Une fois le cadeau complété, les différents paquets sont regroupés par famille et sont remis aux organismes qui s’occupent des membres de la famille visée.

En recherche constante

Les livres représentent le manque le plus cruel dans le matériel que reçoit le Noël pour les enfants oubliés. « Il n’y a plus personne qui veut donner des livres, pourtant c’est tellement important pour les enfants. Déjà qu’ils sont démunis, il faut au moins leur donner le goût de lire, d’apprendre, de continuer. Je me fais un devoir de trouver des livres à toutes les années, mais c’est de plus en plus difficile », se désole Monique Lemay.

Les bénévoles recherchent aussi, année après année, des jeux qui suscitent la motricité chez les jeunes étant donné que le projet vient en aide à de nombreux enfants en difficulté. « Tout ce qui est créatif, les accessoires de bricolage, les crayons de couleur, les livres à colorier aideront les jeunes à s’ouvrir sur le monde. »

Le Noël pour les enfants oubliés, qui durait au départ deux mois, est maintenant un projet de longue haleine qui ne prend aucun répit au courant de l’année.

Les gens intéressés à contribuer au Noël pour les enfants oubliés ont plusieurs façons de le faire. « Les gens qui donnent des dons en argent serviront aux 200 à 300 enfants qu’on n’a pas réussi à parrainer. » Il est aussi toujours possible de parrainer un enfant, même si la personne n’habite pas dans la région de la MRC de L’Assomption.

Monique Lemay recherche également des femmes qui tricotent. « Les tuques et les mitaines, les vêtements chauds, c’est toujours un must. » Elle lance un appel aux artisans de produits qui se débarrasseront de leurs bijoux de fin de ligne. « Nos petites ados aiment ça avoir des bijoux », confie la bénévole.

Les donateurs peuvent remettre directement au projet du matériel, comme des crayons, des livres à colorier, des livres. « Tant qu’à jeter ou à se débarrasser, vous pouvez nous les donner. On accepte tout, on a besoin de l’aide des gens pour continuer, on ne peut pas tout accomplir seuls », conclut Monique Lemay.

Pour faire un don ou pour plus d’information, contacter Monique Lemay au 450 585-6594.

Organisations: Marché champêtre de Repentigny, Corporation Mainbourg, CLSC

Lieux géographiques: Hebdo Rive Nord, CSSS du Sud, Lanaudière Région de la MRC de L’Assomption

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5

Merci d'avoir voté

Haut de page

Commentaires

Commentaires