La détente est au rendez-vous

Alexandre Gauthier
Envoyer à un ami

Envoyer cet article à un ami.

Après une journée à vélo, les cyclistes de l’Aventure Vélo Santé profitent de moments de détente bien mérités au Domaine La Volière, à St-Jean-de Matha.

Que ce soit dans l’eau ou au lac ou à la piscine ou en prenant un rafraîchissement entre participants, les cyclistes ont occupé leur temps libre entre leur arrivée et le souper.

 

Les trois pelotons qui ont pris le trajet rapido ont parcouru 124,9 kilomètres et les neuf pelotons du trajet normal ont pédalé 93,2 km. Dimanche, pour le retour, les cyclistes ont un trajet normal de 102,6 km et de 132,4 km pour le rapido. Le retour à l’hôpital Pierre-Le Gardeur est prévu à 15h30.

 

Claude Ouellet, président de la Chambre de commerce de L’Assomption, participe au Vélo Santé pour la première fois. «Ce n’est pas fatiguant. Je pensais que les côtes seraient pires. On a aussi eu plusieurs descentes. J’ai même atteint 54 km/h dans l’une d’elle.»

 

Il s’est engagé cette année pour la cause. «La cause est intéressante. Je travaille auprès de personnes âgées aux Jardins de la rivière», précise-t-il.

Après une journée à vélo, les cyclistes de l’Aventure Vélo Santé profitent de moments de détente bien mérités au Domaine La Volière, à St-Jean-de Matha.

Que ce soit dans l’eau ou au lac ou à la piscine ou en prenant un rafraîchissement entre participants, les cyclistes ont occupé leur temps libre entre leur arrivée et le souper.

 

Les trois pelotons qui ont pris le trajet rapido ont parcouru 124,9 kilomètres et les neuf pelotons du trajet normal ont pédalé 93,2 km. Dimanche, pour le retour, les cyclistes ont un trajet normal de 102,6 km et de 132,4 km pour le rapido. Le retour à l’hôpital Pierre-Le Gardeur est prévu à 15h30.

 

Claude Ouellet, président de la Chambre de commerce de L’Assomption, participe au Vélo Santé pour la première fois. «Ce n’est pas fatiguant. Je pensais que les côtes seraient pires. On a aussi eu plusieurs descentes. J’ai même atteint 54 km/h dans l’une d’elle.»

 

Il s’est engagé cette année pour la cause. «La cause est intéressante. Je travaille auprès de personnes âgées aux Jardins de la rivière», précise-t-il.

Après une journée à vélo, les cyclistes de l’Aventure Vélo Santé profitent de moments de détente bien mérités au Domaine La Volière, à St-Jean-de Matha.

Que ce soit dans l’eau ou au lac ou à la piscine ou en prenant un rafraîchissement entre participants, les cyclistes ont occupé leur temps libre entre leur arrivée et le souper.

 

Les trois pelotons qui ont pris le trajet rapido ont parcouru 124,9 kilomètres et les neuf pelotons du trajet normal ont pédalé 93,2 km. Dimanche, pour le retour, les cyclistes ont un trajet normal de 102,6 km et de 132,4 km pour le rapido. Le retour à l’hôpital Pierre-Le Gardeur est prévu à 15h30.

 

Claude Ouellet, président de la Chambre de commerce de L’Assomption, participe au Vélo Santé pour la première fois. «Ce n’est pas fatiguant. Je pensais que les côtes seraient pires. On a aussi eu plusieurs descentes. J’ai même atteint 54 km/h dans l’une d’elle.»

 

Il s’est engagé cette année pour la cause. «La cause est intéressante. Je travaille auprès de personnes âgées aux Jardins de la rivière», précise-t-il.

Après une journée à vélo, les cyclistes de l’Aventure Vélo Santé profitent de moments de détente bien mérités au Domaine La Volière, à St-Jean-de Matha.

Que ce soit dans l’eau ou au lac ou à la piscine ou en prenant un rafraîchissement entre participants, les cyclistes ont occupé leur temps libre entre leur arrivée et le souper.

 

Les trois pelotons qui ont pris le trajet rapido ont parcouru 124,9 kilomètres et les neuf pelotons du trajet normal ont pédalé 93,2 km. Dimanche, pour le retour, les cyclistes ont un trajet normal de 102,6 km et de 132,4 km pour le rapido. Le retour à l’hôpital Pierre-Le Gardeur est prévu à 15h30.

 

Claude Ouellet, président de la Chambre de commerce de L’Assomption, participe au Vélo Santé pour la première fois. «Ce n’est pas fatiguant. Je pensais que les côtes seraient pires. On a aussi eu plusieurs descentes. J’ai même atteint 54 km/h dans l’une d’elle.»

 

Il s’est engagé cette année pour la cause. «La cause est intéressante. Je travaille auprès de personnes âgées aux Jardins de la rivière», précise-t-il.

Organisations: Aventure Vélo Santé, Chambre

Lieux géographiques: Domaine La Volière, Hôpital Pierre-Le Gardeur, L’Assomption

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5

Merci d'avoir voté

Haut de page

Commentaires

Commentaires

Derniers commentaires

  • Serge Daviault
    29 août 2010 - 07:52

    Faire du vélo dans le sud de Lanaudière, c’est souvent risquer sa vie. Lanaudière, c’est le monde des camions, des 4x4, des motos, des autos…et enfin, de quelques vélos. Vision pessimiste des choses. Peut-être. Il reste tant à faire. Par exemple, la route qui relie Charlemagne et Lachenaie afin de prendre le pont qui enjambe l’autoroute n’a pas d’accotement. La limite de vitesse est de 90 km/hr et en plus, il y a une courbe qui empêche de voir la personne qui aura la témérité d’emprunter cette voie. Les municipalités ont commencé à construire des pistes cyclables. Mais trop souvent, elles ne mènent nulle part. Ne rejoignent pas d’autres pistes cyclables. Prenez la piste de la rue Notre-dame qui part de Charlemagne pour se rendre aux feux de circulation de la General Dynamics, elle ne mène nulle part. Si on veut continuer, on doit changer de côté de rue et rouler sur Lacombe jusqu’au croisement du pont Rivest. Plus loin, la rue devient plus étroite et par moment, elle devient carrément dangereuse. N’allez surtout pas aux galeries Rive nord en vélo, vous avez plusieurs croisements à traverser et risquez souvent votre vie. Lanaudière, c’est le monde de la randonnée de fin de semaine. Ce n’est pas le domaine des emplettes en vélo. Aller travailler en vélo est aussi téméraire. Alors, le quotidien en vélo, ce n’est pas pour demain.