« J’ai une vitesse, c’est 100 mille à l’heure! » -Audrey Ruel Manseau

Olivia
Olivia Nguonly
Envoyer à un ami

Envoyer cet article à un ami.

Audrey Ruel Manseau partage sa vie entre Repentigny, Sherbrooke et Montréal. Ce serait un euphémisme de dire que la jeune journaliste a un horaire chargé. En plus de cumuler les expériences dans le domaine de la presse écrite et du journalisme télévisuel, aujourd’hui un nouveau défi s’offre à elle : le concours « Vacancier recherché » de vacances Transat.

Audrey Ruel Manseau, journaliste et finaliste au concours «Vacancier recherché»

Audrey Ruel Manseau partage sa vie entre Repentigny, Sherbrooke et Montréal. Ce serait un euphémisme de dire que la jeune journaliste a un horaire chargé. En plus de cumuler les expériences dans le domaine de la presse écrite et du journalisme télévisuel, aujourd’hui un nouveau défi s’offre à elle : le concours « Vacancier recherché » de vacances Transat.

Finissante au Collège de L’Assomption, Audrey choisit de s’exiler à Jonquière afin d’y entreprendre une technique en art et technologie des médias et ainsi se rapprocher un peu plus de son rêve : devenir journaliste. À la suite d’un stage à la station TVA de Sherbrooke, elle y obtient un emploi, qu’elle occupe encore à ce jour. N’ayant pas peur de relever des défis, Audrey s’inscrit au baccalauréat en journalisme à l’Université de Sherbrooke, lequel elle complétera en deux ans.

« Cet été, au zoo de Granby, j’ai eu la chance de flatter des bébés léopard des neiges », raconte la jeune femme, consciente des privilèges reliés à son métier.

Rêves de journaliste

À quoi rêve la journaliste? « Couvrir un événement majeur, comme le séisme à Haïti par exemple. Ce n’est pas pour rien que ce sont seulement les têtes d’affiche qui y ont été envoyées. Journalistiquement parlant, c’est une expérience enrichissante et j’aurai le sentiment de m’être accomplie professionnellement lorsque j’aurai couvert un événement de cette envergure », conclut-elle.

Audrey admire son collègue, le journaliste multifonctionnel Maxime Landry. « J’aime sa façon de couvrir la nouvelle. En plus, c’est une personne humaine et sympathique ». Sur le plan personnel, son père demeure toutefois son modèle. « Il est très impliqué et a accompli beaucoup de choses dans sa vie. J’aimerais accomplir au moins la moitié de ce qu’il a fait », confie-t-elle.

Une fille qui n’a pas le mal de mer

Entre ses mandats à l’agence de presse QMI et ceux à la station, elle trouve parfois le temps pour s’adonner à une autre de ses passions : la navigation. « Mes parents adorent faire du bateau. Ils en possèdent un et m’ont transmis cette passion. D’ailleurs, je passe mes vacances d’été en bateau et c’est là que je suis heureuse, dans l’eau », confie-t-elle.

 

« Votez pour moi! », lance Audrey Ruel Manseau avant de quitter. Le concours de vacances Transat, « Vacancier recherché », offre la chance aux participants de devenir correspondant à l’étranger et de produire des chroniques vidéo sur le web. Durant un an, le gagnant visitera plus d’une dizaine de pays et empochera un salaire de 40 000$, toutes dépenses payées. Audrey fait partie des dix finalistes. Pour voir sa vidéo et voter jusqu’au 2 décembre : http://vacancier.vacancestransat.com

Organisations: Collège de L’Assomption, TVA de Sherbrooke, Université de Sherbrooke QMI

Lieux géographiques: Repentigny, Montréal, Jonquière Granby Haïti Mer Entre

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5

Merci d'avoir voté

Haut de page

Commentaires

Commentaires

Derniers commentaires

  • Sabrina Boivin
    29 novembre 2010 - 16:15

    C'est vraiment hot :)! Contente pour toi! Je t'aime xoxoxoxo... et bonne chance :D