Et dire que Marie-Pier Desroches était gênée de dire qu’elle jouait au golf

Daniel Richard
Envoyer à un ami

Envoyer cet article à un ami.

Photo : Stéphane Grégoire

Marie-Pier Desroches est bien connue dans la communauté d’affaires de la MRC de L’Assomption pour son poste de conseillère en communication et de développement au Centre local de développement (CLD) de la MRC de L’Assomption. Toutefois, l’est-elle pour ses talents de golfeuse? Plusieurs l’ignorent, mais elle représente une des meilleures golfeuses de la région.

Si les entrepreneurs lanaudois ont constaté lors des tournois de golf estivaux le talent de Marie-Pier, ceux du Club de golf le Portage l’ont aussi appris à leurs dépens. Elle a remporté à deux reprises, en trois participations, le Championnat du Club de golf le Portage, situé à L’Assomption. Ce tournoi réunit les meilleures golfeuses du Club. Elle a aussi terminé deuxième au tournoi des champions du district de Montréal cette année.

Nourrir les canards

Issu d’une famille de golfeurs, Marie-Pier entretient cette passion depuis belle lurette. En fait, le tout a débuté alors qu’elle nourrissait les canards et conduisait les voiturettes de golf lorsqu’elle et sa sœur accompagnaient leurs parents sur les parcours de golf.

Quelques années plus tard, Marie-Pier a intégré un des rares programmes sport-études, concentration golf, au début de son secondaire. « Je partais chaque matin à 6h30 et je revenais vers 19h30 ou 20h le soir. L’hiver, on s’entraînait en gymnase. Ça demandait beaucoup d’autonomie », se rappelle-t-elle.

Si les golfeuses abondent sur les terrains de golf aujourd’hui, la situation était tout autre lorsque Marie-Pier a fait ses premières armes dans le sport, durant les années 90. « J’étais gênée de dire aux autres que je jouais au golf. Lorsque j’étais en première secondaire, je ne voulais pas dire aux élèves que je changerais d’école pour aller dans un programme de sport-études. La situation a beaucoup évolué et c’est tant mieux. Il y a plusieurs golfeuses aujourd'hui », constate Marie-Pier.

Si le golf a connu un pas de géant ces dernières années, Marie-Pier affirme que certains considèrent encore et toujours que le golf n’est pas un sport; des propos qui irritent la principale intéressée. « Marcher une journée entière sous un gros soleil avec un sac de golf sur le dos représente un effort physique. Pour plusieurs personnes c’est super exigeant. On sollicite la concentration à chaque coup durant des heures », dit-elle en guise d’exemple.

La « dureté du mental »

Contrairement au hockey ou au football, le golf n’est pas un sport d’instinct. La « dureté du mental », comme le disait si bien Marc Messier dans le célèbre film « Les Boys », joue un grand rôle, selon Marie-Pier Desroches.

« C’est ce qui fait la différence entre une mauvaise et une bonne partie. Tu dois être en mesure d’oublier un mauvais trou pour te reprendre quelques minutes plus tard. On doit demeurer calme et concentré à chaque trou, car une erreur peut couter quelques positions », explique-t-elle.

Une pensée plus positive a permis à Marie-Pier de constater un grand changement dans la qualité de son jeu. « Je n’ai jamais été du genre à lancer mes bâtons partout, mais je me frustrais après quelques mauvais coups. C’est après un changement d’attitude que je me suis améliorée », conclut-elle.

Organisations: Club de golf, Centre local, CLD

Lieux géographiques: MRC de L’Assomption, District de Montréal

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5

Merci d'avoir voté

Haut de page

Commentaires

Commentaires