Un nouveau développement domiciliaire verra le jour à L'Assomption

Valérie Houle valerie.houle@tc.tc
Publié le 8 juillet 2013

Les élus municipaux de la Ville de L'Assomption ont adopté, lors du dernier conseil municipal, le projet de règlement permettant de créer une zone résidentielle, à même celle du parc à l'intersection du chemin du Golf et de la rue de Pens, dans le but de construire un bloc de résidences unifamiliales dans ce secteur.

Il a été possible de changer de zonage dans cette section de la municipalité grâce à la réponse positive du Tribunal administratif (TAQ) de la Commission de la protection du territoire agricole du Québec (CPTAQ), survenue en septembre 2011. « Ainsi, le terrain pourra être vendu à des entrepreneurs, qui seront assujettis aux mêmes normes que les maisons que l'on retrouve dans le Boisé du Portage, à proximité, que ce soit le pourcentage de maçonnerie par surface habitable ou l'obligation de pavage », laisse savoir Patricia Ayotte, directrice adjointe du Service de l'urbanisme à L'Assomption.

Vingt-cinq maisons unifamiliales isolées pourront donc être construites sur ce terrain. Au départ, la municipalité avait pensé à développer des condos dans ce secteur, mais à la suite d'inquiétudes de résidants du quartier, l'idée a été abandonnée. « La réponse avait été moyenne au premier projet de condos, surtout à cause de la circulation qui créerait des bouchons et des maisons de plusieurs centaines de milliers de dollars qui seraient dévaluées. Nous avons donc décidé d'y aller seulement avec des maisons unifamiliales », précise Patricia Ayotte.

La Ville de L'Assomption avait pensé à des condominiums étant donné l'obligation annuelle de densité qu'une municipalité est en devoir de respecter. « Il faudra donc augmenter la densité ailleurs, et rattraper la basse densité de ce futur secteur », ajoute la directrice adjointe.

Patricia Ayotte confirme qu'il reste encore certaines zones à développer, comme dans le secteur Saint-Gérard-Majella. « Par exemple, dans le domaine des Fleurs, où les gens achètent les maisons mobiles et les détruisent puisque le terrain vaut plus cher que la maison. C'est ainsi possible de construire plusieurs jumelés sur ce terrain, donc d'augmenter la densité. »

Un projet d'automne

Le projet domiciliaire ne devrait pas débuter avant le mois de septembre, puisque les infrastructures de base, telles que les égouts et les aqueducs, doivent être installées et que le projet doit être approuvé à la MRC de L'Assomption cet été.

Patricia Ayotte rassure la population quant au dézonage sauvage : le terrain qui deviendra domiciliaire était un boisé qui présentait peu d'intérêt; le golf ne l'avait jamais utilisé et il n'y avait que de la friche, rapporte la directrice adjointe.

« C'est un terrain qui n'a pas de valeur écologique, indique-t-elle. Il y a quelques gros arbres intéressants, mais les inspecteurs vont passer et vont marquer ceux qui pourraient être conservés. »

De plus, tout comme le Boisé du Portage, aucune construction ne pourra être installée à six mètres de la ligne arrière. Certaines normes définiront aussi le style des maisons, afin garer l'harmonie et l'homogénéité avec les autres secteurs.

Un changement de zonage profitable à l'emploi

Un autre changement de zonage a été accordé grâce à un autre projet de règlement, pour changer une zone agricole en un espace industriel. Ainsi, l'entreprise de planchers de bois franc, Parquet Vaucluse, située sur la route 343, pourra construire un troisième bâtiment afin d'agrandir sa production.

Avant le changement de zonage, il était permis à l'entreprise d'agrandir une fois à 50 % de sa superficie existante et elle s'était déjà prévalue de ce droit. « L'entreprise, qui était positionnée à cet endroit grâce à un droit acquis, peut maintenant s'installer de plein droit grâce au nouveau schéma, affirme Patricia Ayotte. Ils pourront donc agrandir et créer d'autres bâtiments, comme bon leur semble, étant donné que le terrain leur appartient désormais. » Cette manœuvre créera une dizaine d'emplois dans la région.