Sections

Une livraison d’épicerie se transforme en sauvetage

Un employé du IGA porte assistance à une cliente


Publié le 4 avril 2017

Charles Gagnon réalise l’importance de savoir comment réagir en cas d’urgence.

©Photo TC Media - Renée-Claude Doucet

INTERVENTION. Cet après-midi du 15 mars, Charles Gagnon se rend chez une cliente bien connue du IGA, à L’Assomption. Il doit y déposer une commande d’épicerie, fidèle à ses habitudes. À son arrivée chez la dame, il ne se doute pas encore que cette simple livraison se transformera en sauvetage.

Il est environ 15h30, Charles termine bientôt sa journée de travail. Chez sa cliente habituelle, une dame d’un certain âge vivant seule, tout semble d’abord bien aller. «Elle m’ouvre la porte et m’indique qu’elle préfère prendre les sacs et les déposer elle-même dans la cuisine puisque c’est l’hiver et que mes bottes sont mouillées, raconte le livreur de 21 ans. Elle prend donc le premier sac et le place sur le comptoir. C’est à ce moment qu’elle me regarde et me dit qu’elle ne se sent pas très bien.»

Charles prend donc l’initiative de transporter les sacs pour la cliente. Avant de partir, il lui demande si tout va bien. C’est alors que la dame  présente des signes d’étourdissement. «Elle allait visiblement tomber, je me place donc derrière elle pour la rattraper et je la dépose au sol.»

 Sans tarder, le livreur compose le 911. «En attendant les ambulanciers, je demeure à côté de la cliente. Elle semble avoir mal et avoir de la difficulté à bouger», indique Charles. Quelques minutes plus tard, un policier arrive sur les lieux, puis les ambulanciers prennent en charge la dame. Cette dernière sera transportée à l’hôpital.  

L’employé du IGA s’empresse alors d’aller pelleter la neige accumulée dans l’entrée de la résidence de la cliente afin de faciliter les déplacements des ambulanciers. Puis, après le départ des intervenants, il prend le temps de ranger la commande. «Je ne voulais pas qu’elle la perde», ajoute Charles.

Je ne me sentais pas vraiment utile, car je n’ai pas de formation en premiers secours. J’ai donc fait mon possible.

Charles Gagnon, livreur

Le dévouement de Charles a retenu l’attention de l’agent Luc Picard du service de Police de L’Assomption. Le soir de l’intervention, il soulignait le travail remarquable de l’employé aux gestionnaires du IGA Extra, à L’Assomption. «Cela m’a impressionné de voir un jeune homme vraiment au service de sa clientèle, a-t-il indiqué. Si j’étais un chef d’entreprise, ce sont des employés comme Charles que je chercherais.»

Quant à Charles, il ne risque pas d’oublier de sitôt cette journée qui lui a fait réaliser l’importance de savoir comment réagir en cas d’urgence. «Je ne me sentais pas vraiment utile, car je n’ai pas de formation en premiers secours. J’ai donc fait mon possible.» L’étudiant de L’Assomption indique par ailleurs qu’il souhaite suivre une formation plus poussée en premiers soins, lui qui projette de rejoindre les rangs de la GRC en tant que policier.

Soulignons enfin que la cliente chez laquelle Charles est intervenue se porte bien. Après sa visite à l’hôpital, elle a pu retourner chez-elle et vaquer à ses occupations. Le service de Police de L’Assomption confirme que son malaise serait relié à un manque d’oxygène.