Sections

Le défi de conduire un taxi électrique à Repentigny

Besoin de bornes de recharge rapide


Publié le 11 juillet 2017

Depuis le mois d’octobre dernier, Hamrouni Yacine transporte ses clients dans sa nouvelle voiture électrique, une Nissan Leaf.

©Photo TC Media - Renée-Claude Doucet

AUTOMOBILE. Depuis le mois d’octobre dernier, Hamrouni Yacine transporte ses clients dans sa nouvelle voiture électrique, une Nissan Leaf. Le président de la compagnie Taxi Rive Nord adore son nouvel achat, mais la manque de bornes de recharge rapide dans le secteur pourrait faire en sorte de remettre son choix en doute. 

Préoccupé par l’environnement, M. Yacine s’est naturellement tourné vers un véhicule électrique lorsqu’est venu le temps de changer sa Honda Civic. « Avec l’électricité, il y a zéro émission. Il faut commencer à penser à nos enfants et à notre avenir », indique-t-il.

Le président de la compagnie Taxi Rive Nord adore son nouvel achat, mais la manque de bornes de recharge rapide dans le secteur pourrait faire en sorte de remettre son choix en doute.
Photo TC Media - Renée-Claude Doucet

Le chauffeur de taxi espère également inspirer ses collègues à emboîter le pas. « Nous sommes 24 taxis dans la compagnie. Je me suis dit ''pourquoi ne pas donner l’exemple?''» Jusqu’à présent, ils sont deux à posséder une voiture électrique dans l’équipe.

Économies considérables

En plus d’économiser sur le coût de l’essence, le conducteur réduit considérablement son nombre de changements d’huile. « Et je n’ai pas encore eu besoin de changer mes freins. »

Il faut dire que M. Yacine a maintenant adopté une «écoconduite». Lorsque vient le temps de freiner, par exemple, il relâche tout simplement l’accélérateur et la voiture s’immobilise tranquillement, sans qu’il n’ait à toucher à la pédale de freins.

Le conducteur apprécie grandement la tranquillité du moteur, qui est très silencieux.
Photo TC Media - Renée-Claude Doucet

Le Repentignois estime également que le prix d’achat de la voiture est intéressant. La Nissan Leaf est disponible à partir de 33 998 $. Et il faut considérer que le gouvernement du Québec offre un incitatif d’achat de 8 000$ sur les véhicules électriques neufs.

Borne de recharge

Pour M. Yacine, une seule ombre s’immisce à son tableau de bord, le manque de bornes de recharge rapide sur le réseau routier régional.

Certes, le chauffeur de taxi dispose d’une borne de recharge à la maison. « Je branche ma voiture chaque soir. Ça prend deux heures et demi pour la recharger complètement; ce qui me donne 150 km d’autonomie. »

En moyenne, M. Yacine peut recharger sept ou huit fois son véhicule dans une journée, parfois à raison de quelques minutes seulement. Il profite du temps dont il dispose entre deux appels de clients. « Lorsque je dépose quelqu’un au centre commercial, par exemple, je ne prends pas de chance, je me branche en attendant le prochain appel. »

À Repentigny et dans le secteur de la MRC de L’Assomption, les quelques bornes de recharge mises en place ne sont pas à recharge rapide (400 volts). « Il y en a une tout près de l’école secondaire Félix-Leclerc. J’y allais avant et en trente minutes, ma voiture était chargée. Mais maintenant, elle est défectueuse. Elle recharge comme une 120 volts. »

Pour pouvoir bénéficier d’une borne à recharge rapide, M. Yacine doit se rendre à la halte Point-du-jour, à Lavaltrie.
Photo TC Media - Renée-Claude Doucet

Pour pouvoir bénéficier d’une borne à recharge rapide, M. Yacine doit donc se rendre à la halte Point-du-jour, à Lavaltrie. Il s’agit de la borne rapide la plus près de Repentigny. « Ça me prend 12 minutes me rendre et 12 minutes revenir. Et je dois ajouter une vingtaine de minutes pour la charge. Pendant ce temps, je ne peux pas travailler. »

Le chauffeur considère donc l'idée de changer sa voiture s’il n’a pas accès à une borne de recharge rapide dans le secteur. M. Yacine a discuté de la situation avec plusieurs intervenants dans le secteur. Reste à voir s’il devra se tourner vers son deuxième choix, une voiture hybride.