Sections

Des fermes ouvertes, des visiteurs nombreux et curieux


Publié le 11 septembre 2017

« Il y a un gros engouement pour les abeilles », constate l’apiculteur Martin Blais.

©(Photo TC Media - Donald Brouillette)

AGROALIMENTAIRE. Mère nature ayant décidé d’apporter son coup de pouce à la chose, avec un temps radieux, l’activité portes ouvertes du dimanche 10 septembre dans les fermes de Lanaudière a attiré de très nombreux visiteurs, avides d’en apprendre plus sur les aliments qu’ils consomment et la manière dont ils sont produits.

Le potentiel agroalimentaire et agrotouristique de Lanaudière n’est plus à démontrer; la région comptait dimanche 23 fermes ouvertes au public sur la centaine de la province.

L’affluence allait de modérée à très élevée selon les fermes visitées par le Journal. Les activités offertes variaient selon la nature de la production, mais les dégustations de produits avaient la cote un peu partout. Les démonstrations et explications animées par les producteurs eux-mêmes créaient rapidement des attroupements et suscitaient de nombreuses questions.

Fleur@Miel

L’entreprise apicole Fleur@Miel située dans le rang des Pins à Saint-Esprit a littéralement été prise d’assaut par le public, même s’il s’agissait de leurs premières portes ouvertes à vie! Marin Blais, l’un des deux copropriétaires, estimait à près de 2000 le nombre de personnes qui auront déferlé dans sa cour.

« Il y a un gros engouement pour les abeilles. Les gens veulent aider, ils entendent dire: il faut sauver les abeilles! Ils ne savent pas nécessairement comment aider. Avec cette année, je comprends plus ce que les gens veulent savoir pour m’ajuster pour l’an prochain. On offrira d’ailleurs pour la prochaine année le parrainage de ruches », nous disait l’apiculteur.

L’affluence et l’intérêt du public se révèlent un réconfort pour cet apiculteur, qui comme ses pairs, ne connaît pas une bonne saison de récolte en raison du temps frais et pluvieux de l’été.

Ferme Diane et Denis Champagne

À Lanoraie, le virage biologique de la Ferme Diane et Denis Champagne leur a valu une grande popularité, malgré qu’ils en étaient à leurs premières portes ouvertes.

Des galettes de sarrasin étaient offertes au public à la Ferme Diane et Denis Champagne, au plus grand bonheur des visiteurs.
(Photo TC Media - Donald Brouillette)

Producteurs en grandes cultures (soya, blé, sarrasin, etc.) et légumes sur 560 hectares, le couple a vu la totalité de sa production certifiée biologique en 2017, une transition amorcée à grands frais depuis trois ans, nous expliquait Diane. Les pratiques agricoles ont changé, la machinerie aussi, on a dû réduire les superficies cultivées en raison du surplus de travail découlant du choix du bio. Le couple inaugurait la vente de leur farine de sarrasin bio « Folle farine » le jour même des portes ouvertes et servait aux visiteurs la traditionnelle galette de sarrasin toujours très populaire.

Plusieurs visiteurs interviewés ne cachaient pas que leur présence était liée au côté bio de la ferme: « Il faut prendre soin de nos terres et se soucier des aliments que l’on mange », résumait-on.

Vignoble Saint-Thomas

Le vigneron Marc Cloutier lors de la visite de la salle de vinification au Vignoble Saint-Thomas.
(Photo TC Media - Donald Brouillette)

Au Vignoble Saint-Thomas, les dégustations des divers vins produits ont attiré les amateurs, tout comme la visite de la salle de vinification. À midi, l’un des copropriétaires, Éric Gagnon, disait avoir déjà dépassé le nombre de visiteurs de l’an passé. « Et les gens viennent souvent en fin d’après-midi pour prendre l’apéro, on ne met personne dehors même si les portes ouvertes sont censées se terminer à 16 h! »

Les questions fusaient lors de la visite de la salle de vinification… « Pourquoi ajouter des sulfites? » Vignoble Saint-Thomas ne se réclame pas bio mais pratique une agriculture raisonnée, en minimisant l’application de pesticides.

Les visiteurs étaient aussi curieux de voir la totalité des vignes protégée par des filets, un choix que ce vignoble a fait devant les pertes considérables causées par les oiseaux.

On sentait toute la passion du vigneron lorsqu’Éric Gagnon faisait sa présentation « powerpoint » au public sur la petite histoire de son vignoble!

Pépinière Villeneuve

À la Pépinière Villeneuve de L’Assomption, Catherine Villeneuve, fille des propriétaires maintenant associée dans l’entreprise, accueillait un public déjà nombreux à se présenter en matinée.

N’ayant pas de produits comestibles à offrir, la pépinière avait invité une ferme des environs à venir y offrir des dégustations de ses confitures du terroir.

On retrouvait plusieurs activités d’animation à la Pépinière Villeneuve de L’Assomption, dont la confection de bouquets.
(Photo TC Media - Donald Brouillette)

Jouissant d’un site magnifique, les Villeneuve avaient misé sur des activités familiales et pour les enfants lors de ces portes ouvertes: atelier de bricolage, confection de bouquets, sentiers pédestres, parcours pédestre dans la forêt animé par de jeunes comédiens faisant vivre l’histoire d’Alice au pays des merveilles: les tout-petits et les grands aussi tombaient sous le charme!