Sections

Grèves des paramédics : pas de règlement en vue


Publié le 8 septembre 2017

Les paramédics revendiquent de meilleures conditions de travail en peinturant leurs ambulances avec de la gouache lavable.

SANTÉ. « C’est terrible, il n’y a rien qui avance, s’indigne Sébastien Gourre du syndicat de la Fraternité des travailleurs et travailleuses du préhospitalier du Québec. Tout ce qu’on a, ce sont des coupures. »

Depuis février, les paramédics lanaudois sont en grève pour revendiquer de meilleures conditions de travail.

« Nous sommes sans contrat de travail depuis plus de deux ans et demi, explique celui qui est aussi paramédic à Repentigny depuis 2002. On ne sait pas comment ça va se terminer. »

Les paramédics sont considérés comme un service essentiel. Ils n’ont donc que très peu de recours pour faire entendre leurs revendications.

« On ne peut pas et on ne veut pas que la population en souffre, assure M. Gourre. Elle est notre priorité. Tout ce qu’on fait a plutôt des impacts sur l’employeur [Ambulances Repentigny pour la MRC de L’Assomption]. »

Ainsi, les paramédics peinturent leurs ambulances avec de la gouache lavable, ne remplissent pas les formulaires de facturation et portent les pantalons de leur choix.

« Nous sommes aussi actifs sur les réseaux sociaux, mentionne le paramédic. Nous envoyons régulièrement des tweets au ministre Barrette. »

Il espère aussi que la population sera sensible à leur cause.

« Nous sommes au service de la population, nous voulons lui offrir le meilleur service possible et éviter des délais inappropriés », conclut Sébastien Gourre.