Sections

François Legault revient sur les dossiers importants de la dernière session

Politique provinciale  


Publié le 3 juillet 2017

François Legault, député de la circonscription de L'Assomption a tenu à se prononcer sur des dossiers qui le préoccupent notamment l'économie, l'attente dans les hôpitaux et le fait de vouloir redonner aux portefeuilles des familles.

©Photo TC Media – Renée-Claude Doucet

Le député de L'Assomption et chef de la Coalition Avenir Québec, François Legault a dressé, la semaine dernière, un bilan des enjeux et des réalisations dans sa circonscription. Il est aussi revenu sur le fait de vouloir remettre de l’argent dans le portefeuille des familles. 

Le premier CPE en construction

Donc quand Philippe Couillard dit « j'ai déjà donné les baisses d'impôts que j'avais promis »; bien c'est faux. 

François Legault, député de la circonscription de L'Assomption et chef de la CAQ

Une réalisation importante pour sa circonscription verra le jour d'ici novembre prochain. Il s'agit du premier CPE La Cabotine à L'Assomption un projet requérant beaucoup de travail et d'implication. Selon François Legault, le projet a été complexe, puisque le CPE est situé en face du Cégep régional de Lanaudière à L'Assomption. « Cela a été beaucoup trop long comme processus, cela a pris des années, surtout à cause du gouvernement », évoque M. Legault.

De ce fait, plusieurs problèmes sont survenus soit avec le terrain, avec la Ville, puis avec les estimés de coût, ayant pour conséquence le ralentissement du projet. Finalement, celui-ci a pu être mené à terme. La première pelletée de terre a eu lieu et les travaux sont donc en branle.

Le chef de la CAQ s'est également prononcé en faveur du projet en développement de la déserte universitaire dans la Lanaudière qui donnera l'opportunité aux intéressés d'effectuer une formation universitaire dans les environs de la région.

Un dossier qui préoccupe

M. Legault a évoqué le fait de vouloir établir un fond de développement économique pour remplacer les 1 300 emplois d'Electrolux. Comme celui-ci le rappelle, un peu plus de la moitié des employés qui se sont trouvé un emploi sont moins bien rémunérés. Cette perte se ressent à travers la région, soit au niveau des commerçants, et ce, depuis quelques années. « Cela n'est pas normal. Quand il y a eu la fermeture de [la centrale] Gentilly, la fermeture de GM dans les Laurentides, il y a eu des fonds de diversification économique et nous on n'a rien reçus. On a eu 600 000$ seulement […] alors que ça prendrait des dizaines de millions de dollars pour attirer des emplois payants », stipule-t-il, quant à la fermeture de l'usine.

Ce qui est manquant à son avis, ce n'est pas le nombre d'emplois, mais plutôt la qualité de ceux-ci, notamment pour le secteur manufacturier. Pour le député de L'Assomption, il est question d'un impact majeur pour la région à plusieurs niveaux.

« Il faut faire la même chose. Je ne blâme pas les municipalités. Elles n'ont pas les ressources pour être capables d'avoir ce genre de fonds-là. C'est au gouvernement du Québec qui bénéfice des impôts sur le revenu et des taxes de vente à investir pour remplacer ce genre d'emplois-là. »

La CAQ va voir à la situation l'an prochain en mettant un fond économique dans l'objectif d'attirer des emplois payants pour la MRC de L'Assomption.

Pour M. Legault, la solution envisagée et connue de tous est celle des médecins de famille qui devraient être disponibles sept jours sur sept. « Dans Lanaudière, le délai d'attente à l'urgence, que ce soit celui de Joliette ou celui de Terrebonne est inacceptable. Ce n'est pas humain de dire qu'on va attendre plus de quinze heures en moyenne dans les urgences en 2017 », relate-t-il.

À son avis, 40% des patients pourraient consulter dans une clinique, afin de recevoir les soins appropriés. « Il y a assez de médecins de famille. Il y a en a 8 500 pour 8 millions et demi d'habitants. Il y a 1 000 patients par médecin. Celui-ci est capable de prendre jusqu'à 2 000 patients », soulève-t-il.

Cependant, ce qui constitue la problématique en soi est plutôt le fait que les médecins ne veulent pas tous travailler les soirs et les fins de semaine. «On vient engorger les urgences. Les cas moins prioritaires devraient être traités dans des cliniques », détaille M. Legault.

L'objectif serait de revoir le mode de rémunération pour les médecins en fonction du nombre de patients, puisque pour le moment, ceux-ci sont payés en majorité à l'acte.

Le portefeuille des familles

La CAQ a fait un travail d'analyse et a réalisé « qu'il y a eu une augmentation de taxes et de tarifs en moyenne de 1 300$ par famille. On a donné des baisses d'impôts de 500$ par famille, donc il y a un manque à gagner de 800$ par année par famille », souligne-t-il.

De son point de vue, il y a eu une hausse des tarifs de garde, des taxes scolaires et d'électricité. Comme il l'explique, le montant de 800$ ne couvre pas toute cette augmentation de taxes et tarifs. « Donc quand Philippe Couillard dit « j'ai déjà donné les baisses d'impôts que j'avais promis »; bien c'est faux », mentionne-t-il.

Pour sa part, le parti politique de la CAQ s'engage à donner une réduction d'impôts de 1 000$ par famille et tient à redonner monétairement aux familles pour les aider. «Ce n'est pas juste des services qu'il faut offrir, mais de l'argent », conclut-t-il.  

Les séances parlementaires reprendront dès le 19 septembre prochain.