Sections

Des lettres qui ne l'empêchent pas de frapper des coups de circuit

TSA et TDA/H, le petit Charles s'épanouie grâce au baseball


Publié le 28 juillet 2017

Charles Brunelle triomphe au baseball, malgré ses diagnostics de TSA et TDAH. Il fait la fierté de ses parents.

©gracieuseté

TÉMOIGNAGE. Petit, « Charles avait des manies », se souvient sa mère, Karina Tremblay. Aussi, il ne parlait pas et ne pointait pas. Inquiète, elle en discute avec son pédiatre. Quelque temps plus tard, elle se met à lire sur l'autisme et reconnaît aussitôt son benjamin, qui malgré les grands défis qui accompagnent son quotidien, parvient à s'épanouir jour après jour, à travers le baseball notamment.

« Il était très timide et les bruits plus forts le faisaient pleurer, raconte la maman de cinq enfants. Il jouait aussi beaucoup avec ses petites voitures et les tracteurs. Il était fasciné par les roues et leur mécanisme. »

On est fiers, il nous épate. Il a un potentiel extraordinaire et sans le vouloir, il nous montre qu'il est capable de plein de choses.

Karina Tremblay, mère de Charles

Il y avait aussi les crises de Charles, qui sont toujours présentes et constituent un gros défi, mais face auxquelles la famille de Repentigny a appris à s'outiller au fil du temps. Pour Mme Tremblay, il était impossible que son enfant « n'ait rien ».

Aujourd'hui, Charles Brunelle, 5 ans, a un diagnostic de trouble du spectre de l'autisme (TSA) ainsi qu'un trouble déficitaire de l'attention avec hyperactivité (TDA/H) et impulsivité.

« Le diagnostic a été difficile à encaisser, mais nous avions déjà mis des choses en place à la maison pour aider », détaille celle qui occupe un poste d'éducatrice en milieu scolaire. Par l'entremise de l'organisme la Myriade, les deux autres jeunes enfants du couple ont suivi des cours pour mieux comprendre l'état de santé de leur jeune frère.

Un cadeau de baseball Repentigny

Dans l'espoir d'amasser suffisamment de fonds pour assurer un suivi en ergothérapie à Charles en clinique privée, Karina Tremblay a lancé plus tôt cette année une campagne de sociofinancement en ligne. Interpelés par sa démarche, les dirigeants de Baseball Repentigny ont offert à l'enfant une session gratuite.

« Son frère, Xavier, joue déjà au baseball, mais pour Charles, nous ne pensions pas que cela pouvait fonctionner. Il n'a pas de déficience, mais il fonctionne comme un enfant de trois ans et demi », relate-t-elle.

Les parents du petit bonhomme ont quand même décidé de tenter l'expérience qui s'est avérée des plus positives. « On est fiers, il nous épate. Il a un potentiel extraordinaire et sans le vouloir, il nous montre qu'il est capable de plein de choses. »

Charles est si doué dans son nouveau sport de prédilection qu'il s'est classé parmi les trois meilleurs de sa catégorie lors du Défi Triple jeux local. Puis, après avoir remporté le tournoi régional, il participera aux provinciaux (catégorie Rallye cap 4-5 ans) au début du mois d'août. « Il pourra jouer au baseball tant et aussi longtemps que ça va bien aller », ajoute sa mère, qui n'a que de bons mots pour Julien Noël, le coach de son fils.

Entrée à l'école

Charles Brunelle triomphe au baseball, malgré ses diagnostics de TSA et TDAH. Il fait la fierté de ses parents.
gracieuseté

Au mois de septembre prochain, le petit homme fera son entrée à l'école primaire, dans la toute nouvelle aile spécialisée de l'école de La Paix, destinée aux enfants TSA. « Ça nous a donné un coup quand on nous a dit qu'il serait dans une classe à besoins, mais on a compris, car il en a beaucoup, surtout au niveau sensoriel plus qu'académique. Et là, dans cette école, tout est mis en place. »

Si Karina Tremblay confie avoir beaucoup grandi en tant que mère et femme à travers le cheminement particulier de son plus jeune fils, elle a aussi appris à ne pas avoir peur du jugement et du regard des autres lorsqu'il est question de Charles.

« Ça ne me gêne pas de parler de sa condition et je ne le retournerais pas, sourit-elle. Je ne l'échangerais pas contre un enfant neurotypique. »

Selon elle, les parents d'enfants différents ne devraient jamais en avoir honte, ne devraient jamais lâcher et toujours croire en leur enfant. « Il faut défoncer des portes et avoir confiance. Ils nous en apprennent beaucoup sur nous et ce sont des enfants d'exception qui nous font voir les choses autrement », conclut la fan numéro un du petit Charles.