Sections

Le Rock Fest, c'est bien plus que de la musique qui déménage

Une quatrième édition du 11 au 13 août au parc Béram


Publié le 4 août 2017

Le Rock Fest pour la santé mentale revient en force en 2017 avec toujours à sa tête Roger Cesare et Stéphanie Martel. Ils sont accompagnés par Denis Lévesque, maire de la Paroisse de L'Épiphanie.

©TC Media - Hebdo Rive Nord

SANTÉ MENTALE. Au-delà des groupes rock et des activités qui se relayeront du 11 au 13 août au parc Béram de la Paroisse de L'Épiphanie, il y a tous les gens qui viennent prêter une oreille attentive à un parcours de vie particulier ou raconter le leur. Parce que le Rock Fest pour la santé mentale, c'est peut-être avant tout un lieu de rencontres, de partages et surtout d'entraide, pour les amateurs de musique rock bien sûr.

« Au début, on voulait amasser de l'argent pour aider les organismes. Rapidement, les gens ont commencé à nous parler, à se confier, et pendant le Rock Fest, ils viennent chercher quelque chose. Pour nous, c'est touchant, c'est plus grand que nous », raconte Roger Cesare, cofondateur de l'événement.

Peu importe notre trouble, l'important, c'est d'avoir des outils et un réseau autour de nous

Stéphanie Martel, cofondatrice du Rock Fest pour la santé mentale

À l'année longue, les bénévoles du Rock Fest de la Paroisse de L'Épiphanie entretiennent des liens avec différentes personnes qui souhaitent discuter de santé mentale ou qui ont simplement besoin de parler, sans subir de jugement. Le festival de trois jours devient ainsi un rendez-vous attendu haut en émotion.

« Le but, c'est aussi de montrer qu'il y a d'autres ressources en santé mentale. Nous, on veut prendre position en tant que citoyens et briser l'isolement. Peu importe notre trouble, l'important, c'est d'avoir des outils et un réseau autour de nous », avance la cofondatrice, Stéphanie Martel, qui a elle-même fait face à une problématique de santé mentale il y a quelques années.

Un centre de ressources alternatives

Le grand rêve de Roger et Stéphanie serait d'ouvrir un centre avec des ressources alternatives en dehors des grands centres, comme ici, à la Paroisse de L'Épiphanie, où est né le festival de musique rock qu'ils chérissent tant.

« On rêve, ça nous donne des ailes, sourit M. Cesare. Il y aurait aussi une place où pratiquer des arts, parce qu'il faut avoir une passion pour avoir le pouvoir de se raccrocher. »

Pour le maire de la Paroisse de L'Épiphanie, Denis Lévesque, il ne faut pas vivre une situation problématique de santé mentale seul, isolé du monde, et l'organisation autour du Rock Fest va en ce sens. « Avec Roger et Stéphanie, il y a l'écoute et le partage sans jugement », avance celui qui lance un appel aux autres municipalités afin qu'elles ouvrent leurs portes à ce type de festivités engagées.

D'ici la naissance du projet de centre de ressources alternatives, la patinoire réfrigérée du parc Béram accueillera près de 45 groupes de musique du 11 au 13 août. « Il y a beaucoup d'artistes de Lanaudière, comme d'ailleurs », promet Stéphanie Martel, qui ne mise pas sur les nouveautés nécessairement, mais bien sur l'amélioration du son et de la qualité de l'événement.

Le dimanche sera toujours une journée familiale où des jeux gonflables, des jeux d'adresse avec des toutous, des spectacles de Api Clown, un magicien et un homme fort seront au rendez-vous.

Pour achat et infos: rockfestsantementale.org

Quelques bands en vedette

Spacemak3r, Deathallica, Burning the Oppressor, Hexolyth, The Damn Truth, We are Monroe, David Jalbert, Carl Tremblay Jim Zeller et plusieurs autres.