Christine Boucard, une artiste entre l'ombre et la lumière

Nouvelle exposition au Centre d'art Diane Dufresne


Publié le 13 mars 2017

La fragilité de la vie est ainsi un aspect phare à travers la démarche artistique de Christine Boucard.

©TC Media - Stéphane Grégoire

PHOTOGRAPHIE. Marquée par la thématique universelle du temps qui passe et par ses études en histoire de l'art, l'artiste Christine Boucard dévoile ses 29 portraits d'écrivains en noir et blanc au Centre d'art Diane Dufresne de Repentigny jusqu'au 16 avril.

« Je les ai photographiés en imaginant, avec chacun d’eux, une mise en scène qui laisse entrevoir sur un mode allégorique leur univers intime, réel ou imaginaire, dans une atmosphère de jeu et de théâtralité, avec en toile de fond l’impermanence des choses », témoigne celle qui a développé ses propres photographies et qui avoue avoir un penchant pour le cinéma européen et expressionniste.

La fragilité de la vie est ainsi un aspect phare à travers la démarche artistique de Christine Boucard.

©TC Media - Stéphane Grégoire

Il faut vivre dans l'instant présent. L'humain est grand, mais petit à la fois Christine Boucard

« Les jeux d'ombres et de lumières traduisent le dramatique et c'est ce que je voulais faire», ajoute l'artiste, qui a déjà exposé ces clichés en France, de 2002 à 2003.

Le projet Vanités d'écrivains, discours silencieux, tableaux et installations photographiques s'est échelonné sur une période de cinq ans. Cinq années durant lesquelles la photographe a immortalisé des écrivains tantôt dans un café, tantôt dans leur salon ou simplement dans leur bureau, mais toujours dans un lieu où ils s'adonnent à l'écriture.

Le moment présent

Chaque écrivain a par la suite composé un texte afin de partager son expérience photographique. « J'ai eu de beaux échanges et à travers ces textes, ils partagent ce qu'ils ont ressenti durant la prise de vue. Ce sont des cadeaux qu'ils m'ont fait», explique Christine Boucard.

Le rapport à l'image de la femme est toujours plus difficile que celui de l'homme, a pu observer l'artiste au fil de ses rencontres. Mais elle ajoute que les écrivaines qui lui ont fait confiance ont fait preuve d'une grande liberté.

« Il faut vivre dans l'instant présent. L'humain est grand, mais petit à la fois. L'image est éphémère, mais les écrits restent », retient-elle, lorsqu'il est question de poser un regard rétrospectif sur ses oeuvres.

La fragilité de la vie est ainsi un aspect phare à travers la démarche artistique de la photographe. « On ne sait pas de quoi sera fait demain », lâche-t-elle.

L'exposition de Christine Boucard comprend un second volet, qui a été présenté en 2011 et 2012 au Québec, et est constitué d'une mosaïque reproduisant des clichés Polaroïd en couleur pris lors des essais préparatoires à la prise de vue finale en noir et blanc.

Des visites commentées ont lieu le samedi 18 mars à 11 h et 14 h. Entrée libre. Horaire régulier : Mercredi au vendredi : 13 h à 17 h et Samedi et dimanche : 10 h à 17 h. Pour plus de détails, consultez le www.ville.repentigny.qc.ca/cadd, ou composez le 450 470-3010. Le Centre d’art Diane-Dufresne est situé au 11, allée de la Création, Repentigny.

La fragilité de la vie est ainsi un aspect phare à travers la démarche artistique de Christine Boucard.

©TC Media - Stéphane Grégoire

La fragilité de la vie est ainsi un aspect phare à travers la démarche artistique de Christine Boucard.

©TC Media - Stéphane Grégoire