Sections

Les fermes de L’Assomption sortent de leur rang

Lancement d’un livre sur le patrimoine agricole


Publié le 12 septembre 2017

Yolande Gingras des Éditions Point du jour signe son plus récent livre qui dévoile le patrimoine agricole bâti de L’Assomption en textes et en images.

©(Photo TC Media - Olivia Nguonly)

PATRIMOINE. Depuis 10 ans, Yolande Gingras donne un souffle nouveau à l’histoire et à la généalogie à travers les livres qu’elle publie. Cette fois, l’éditrice des Éditions Point du jour souhaitait immortaliser le patrimoine bâti agricole de L’Assomption. Elle avait choisi une journée et un lieu de circonstance afin de lancer son ouvrage alors que la journée Portes ouvertes sur les fermes du Québec battait son plein à la ferme Guilnor. 

Pendant près de deux ans, le projet de livre tout en images et en textes mijotait dans la tête de Mme Gingras, qui a saisi les moments de célébration autour du 300e anniversaire de L’Assomption pour y donner vie.

« Il s’agit d’un cadeau que je me suis fait et que je vous fais aujourd’hui », dévoilait l’éditrice lors du lancement de l’ouvrage «Patrimoine bâti agricole de L’Assomption».

Une belle collaboration en images

Pour mettre en place un tel projet littéraire, Yolande Gingras a cogné à la porte du Club photo de L’Assomption, qui a, par l’entremise de ses membres, accepté d’immortaliser autant par des jours de tempête que sous un soleil brûlant tantôt des remises et parfois des cuisines d’été de la région.

À tous les coups, les agriculteurs se sont fait un plaisir d’ouvrir les portes de leur grange et de partager leur fierté d’avoir défriché la terre sur laquelle nous marchons aujourd’hui.

Mais loin d’être seulement un livre de photographies, comme se défend son auteure, «Patrimoine bâti agricole de L’Assomption» recèle aussi de références historiques en lien avec les pratiques agricoles notamment.

« Je me suis demandé qu’est-ce qui fait que nous sommes si fiers de notre patrimoine agricole et je me suis dit que c’était ce que l’on devait mettre en valeur », partage l’éditrice.

Clément Locat, président du Comité du patrimoine à la Fédération d’histoire du Québec, espère que le nouvel ouvrage sensibilisera la population à la valeur de ce patrimoine trop souvent négligé.

« Le patrimoine agricole est fragile. Il y a peu de bâtiments toujours en place qui datent d’avant 1800, car ils étaient construits de façon à être fragiles face aux intempéries. Il va donc falloir faire des efforts au Québec pour les préserver, car certains représentent un travail impressionnant au niveau de leur architecture », avance-t-il.

Né et ayant grandi à Saint-Gérard-Majella, aujourd’hui un secteur faisant partie de la ville qui célèbre ses 300 ans cette année, et fils d’agriculteurs, le conseiller municipal Jean Raynault signe la préface du livre à connotation historique.

L’ouvrage Le patrimoine bâti agricole de L’Assomption est en vente aux Éditions Point du jour ou chez Desmarais à L’Assomption ainsi que dans les librairies indépendantes. Pour information : www.editionspointdujour.com