Un nouveau triathlon à L'Épiphanie


Publié le 10 mars 2017

Cindy Hébert est l'organisatrice de la première édition de la Triade de l'impossible.

©Photo gracieuseté

SPORT. Une nouvelle activité verra le jour en septembre prochain à L'Épiphanie. La triade de l'impossible, un événement alliant course, vélo et kayak, sera ainsi présentée pour la première fois. Les profits de l'événement seront remis à la Maison des jeunes (MDJ).

Étant également membre du conseil d'administration (CA) de la MDJ, l'organisatrice de l'événement, Cindy Hébert, a réussi à joindre l'utile à l'agréable.

«On est en grosse recherche pour des campagnes de financement. Évidemment, un événement comme ça, c'était trop gros pour que la MDJ le prenne en charge alors j'ai fondé un OSBL. J'ai créé un CA et la Ville a approuvé mon projet», indique Mme Hébert.

Celle qui aime donner du temps dans sa collectivité espère inspirer des gens à passer à l'action.

«Je suis cycliste depuis trois ans et à mes débuts, je ne faisais pas dix kilomètres. En un an, je me suis finalement rendue à 250 kilomètres. Après cet exploit, je me disais que j'aimerais faire un triathlon et finalement, au lieu d'y participer, j'en ai organisé un», ajoute-t-elle.

Cette dernière croit que la Triade de l'impossible sera accessible tant pour les habitués de l'entrainement que les personnes qui n'en font que très peu.

Pour une première édition, l'organisme Triathlon Québec estime que 150 personnes pourraient se présenter le 23 septembre prochain pour l'événement.

Cependant, le fait que le triathlon ait lieu en même temps que le Marathon de Montréal fait en sorte que certaines personnes qui auraient aimé y être ne seront pas présentes.

«Le plus gros défi, ça va être d'aller chercher des gens. Pour cette année on garde la date en même temps que le Marathon de Montréal, mais à l'avenir ce sera quelque chose à prendre en compte», souligne Mme Hébert, qui constate que les commanditaires sont au rendez-vous.

Étudiante au Cégep régional de Lanaudière à Terrebonne, elle s'est d'ailleurs associée avec deux étudiants du club d'entrepreneur, pour que ceux-ci apportent leur aide du côté de la gestion et des budgets.

En plus du volet sportif de la journée, Mme Hébert souhaite proposer de l'animation sur place pour en faire un événement sportif.

«Nous allons avoir un clown sur place, notamment. Il ne sera pas là seulement pour animer, il va participer au triathlon aussi. Sinon, on va aussi avoir un DJ. Nous voulons un événement festif», termine-t-elle.