Sections

Une chance en or pour Alain Goyer

Championnat du monde de tir au poignet


Publié le 2 août 2017

Alain Goyer est en pleine forme pour participer au championnat du monde de tir au poignet qui aura lieu à Budapest, en Hongrie.

©(Photo TC Media – Pierre Chartier)

DÉFI. Nul doute qu'Alain Goyer sera fin prêt pour atteindre son objectif d’être le champion du monde au tir au poignet. L'athlète qui s'entraîne à Repentigny dans le secteur Le Gardeur va tout mettre en place pour gagner cette importante compétition qui aura lieu à Budapest, en Hongrie, le 2 septembre prochain.

Alain Goyer veut revenir avec le titre de champion du monde.
(Photo TC Media – Pierre Chartier)

Il a hâte de participer à ce championnat d’autant plus qu’il a de l'expérience derrière lui: « Ce n'est pas comme l'an passé où je découvrais tout. L'ambiance, le stress d'affronter les meilleurs, ça, c'est derrière moi maintenant. Je sais à quoi m'attendre et je vais bien faire les choses cette année ».

Alain revient d'Halifax avec le titre de champion canadien en poche, ce qui lui a donné une bonne dose de confiance. Il a battu le meilleur de sa catégorie. « La compétition d'Halifax s'est très bien déroulée pour moi. J'ai eu de bonnes batailles, mais dans tous les duels, autant avec mon bras gauche que mon bras droit, je n'ai pas été du tout inquiété, ce qui est bon. »

Alain Goyer possède le physique de l'emploi. Il aurait pu faire d'autres sports dans sa carrière, mais il a choisi celui du tir au poignet. « Côté physique, je pense que c'est de famille. Je viens d'Haïti, d'un petit village de fermiers, et je crois vraiment que j'ai mon physique de façon congénitale. Pour ce qui est du sport, il y a plusieurs personnes qui me voyaient faire du bodybuilding, mais sérieusement je ne me voyais pas aller déambuler sur une scène en maillot pour montrer mes muscles. C'est bon pour des personnes, mais pas pour moi. J'ai aussi évolué au football. J’espérais aller en NCAA [National Collegiate Athletic Association] ou faire carrière dans la Ligue canadienne de football, mais une blessure au genou m'a empêché de continuer. Je me suis tourné vers le tir au poignet et c'est vraiment agréable comme sport. Il y a beaucoup d'adrénaline quand le duel commence et j'adore ça », ajoute le sympathique athlète.

Une perte de poids importante

Alain Goyer a décidé de baisser son poids pour prendre part à la compétition de Budapest en septembre prochain. Un peu comme à la boxe, il y aura la pesée et les duels auront lieu le lendemain. L'an dernier, il a été confronté à des adversaires qui avaient 20 à 25 livres de plus de poids que lors de la pesée.

« C'est certain que ça joue sur le résultat final. Cette année, avec le poids que j'ai choisi, 164 livres, je devrais être à la plus haute forme », déclare-t-il.

Pour ce faire, Alain Goyer met les bouchées doubles à l'entraînement avec deux séances intensives de 45 minutes par jour, et ce, six jours par semaine. Il sera sûrement prêt pour ses championnats du monde et il prédit un podium pour sa performance.