Sections

:La Fédération de soccer du Québec congédie son directeur général


Publié le 11 septembre 2017

Stéphane Arsenault a été congédié de son poste de directeur général de la Fédération de soccer du Québec (FSQ).

©>(Photo TC Media – Pierre Chartier)

SOCCER. Sans tambour, ni trompette, la Fédération de soccer du Québec (FSQ) a mis à la porte son directeur général, Stéphane Arsenault, qui était en poste depuis moins de six mois. Le résident de L’Épiphanie dit être sous le choc.

Le tout s'est passé le vendredi 25 août dernier. Stéphane Arsenault avait une rencontre de mise à niveau, comme toutes les semaines, avec le président de la FSQ, Pierre Marchand, mais la présence de Nathalie Wagner, la présidente de la région de Lanaudière, a soulevé des questionnements au directeur général: «Ça s'est passé très vite. En fait, il n'y a pas de mots à ajouter à ça. Le président m'a dit que d'après une évaluation de mon poste, je ne remplissais pas les conditions de travail et que j'étais congédié. Ça été tout un choc pour moi, car après six mois à la tête de la FSQ, je me retrouve sans emploi.»

Selon les propos de M. Arsenault, comme il n’a pas vu ce rapport d'évaluation, il n'a pas été possible pour lui d’argumenter sur les raisons de son congédiement. «C'est très difficile de se faire congédier sans en avoir les raisons. Mais dans le fond, je me doute un peu que le courant ne passait pas bien entre le nouveau président et moi. Dès son arrivée en poste, il y avait des divergences d’opinions entre lui et moi», d'ajouter Stéphane Arsenault.

Un problème de gouvernance?

En soulevant les dossiers qu'il a mis de l'avant, Stéphane Arsenault a voulu changer bien des choses à la FSQ. Il a notamment revu des politiques sur le comité de gouvernance et d’éthique qui ont été accueillies assez froidement par le CA. «Il y a 23 comités à la FSQ et c'est beaucoup trop, selon moi. J’ai fait des rapports étoffés sur certains comités et, à ma grande surprise, le tout a été accueilli très froidement au conseil d’administration de juin denier», de raconter l'ancien directeur général.

Ce dernier parle ouvertement d’un problème de gouvernance à la FSQ et il ne voit pas le jour où les choses vont se régler. «Avec l'élection de Pierre Marchand, la FSQ s'est donnée un président-directeur général. Une chose est certaine, je vais continuer d’aimer ce sport à la folie et le fait d’avoir été congédié ne m'empêchera pas de m'impliquer dans la réussite de ce sport dans ma région», d’ajouter Stéphane Arsenault, plus déterminé que jamais.

Rappelons que c'est avec dans un mémo envoyé aux médias, le 29 août dernier, que la FSQ annonçait le congédiement de Stéphane Arsenault: «Les administrateurs de la Fédération de soccer du Québec ont choisi de mettre fin à l'entente conclue avec M. Arsenault principalement pour leur divergence d'opinions sur la gouvernance. M. Arsenault sera remplacé provisoirement par un comité de gestion supervisé par le président du conseil d'administration. Un processus d'embauche pour sélectionner le prochain directeur général sera mis en place sous peu.»