L'avenir du transport adapté

Alexandre Faucher alexandre.faucher@tc.tc
Publié le 25 juin 2016

TRANSPORT. Nouveau véhicule destiné à changer le monde du taxi adapté, les véhicules MV1 sont officiellement entrés au Québec. Seul véhicule universellement accessible produit en usine au monde, le véhicule MV1 en est à ses premiers pas au Québec, et c'est à Charlemagne qu'il les fait.

C'est effectivement le Carrefour 40-640 qui se trouve à être le seul distributeur du bolide au Québec.

Le principe des voitures est simple, offrir un véhicule déjà adapté pour le transport d'une personne handicapée. Terminé le temps où l'on devait acheter un véhicule, le couper et le modifier.

«C'est la beauté de ce véhicule. Tu n'as pas besoin de le modifier pendant 10 à 12 semaines. C'est sans compter les garanties qui tombent lorsque tu modifies ton véhicule de la sorte», expose le responsable de l'entrée du véhicule au Québec, Denis Cartier.

Destiné en premier lieu à l'industrie du taxi, M. Cartier aimerait bien voir la flotte de véhicules, dans le meilleur des mondes, remplacer la flotte de taxis au grand complet.

«Je me plais à dire que j'aimerais que tous les taxis soient comme celui-ci. Présentement, une personne handicapée doit parfois appeler deux jours à l'avance pour prévoir un déplacement. Si tous les taxis étaient comme ça, il n'y aurait jamais de problème, et pour le client, il n'y a aucune différence», enchaine-t-il.

Du côté passager du véhicule, un espace est réservé pour un fauteuil roulant. À l'arrière du véhicule, trois bancs sont accessibles pour des clients sans problème de mobilité.

La volonté du gouvernement de se diriger de plus en plus vers les taxis pour transport des personnes handicapées pourrait également favoriser ce genre de véhicule.

Selon M. Cartier, un système d'alternance pourrait être mis en place avec les autobus adaptés dans certains endroits, pour éviter qu'un autobus ne se déplace s'il n'y a que trois personnes à transporter.

Néanmoins, la vague semble déjà s'emparer du Québec, puisque des ventes ont déjà été réalisées, et d'autres sont à venir.

Aux États-Unis, près de 6000 de ces véhicules sont en circulation, alors qu'au Canada il y en a 600.

Rentabiliser l'investissement

Construit aux États-Unis, le bolide vaut, au minimum, 56 000 $, dans la version où la rampe d'accès se déploie manuellement. Des versions automatiques sont également offertes, pour des personnes qui voudraient se procurer le véhicule, sans nécessairement être chauffeur de taxi.

Pour réduire les coûts au maximum, les véhicules peuvent être modifiés, de sorte qu'ils sont plutôt alimentés au propane.

«Pour un chauffeur qui fait le moindrement de la route, c'est gagnant de mettre ce système. Quand l'essence est à 1 $ le litre, le propane peut être à 0,40$ le litre. Au bout de 10 mois, le système est remboursé», explique M. Cartier.

La modification s'effectue quant à elle à Repentigny. Dans les faits, tout ce qui touche à la modification du véhicule et à sa vente s'effectue dans la région.

«Nous avons un bel inventaire (le plus gros au Canada). C'est le seul véhicule universellement accessible. Avec ça, nous voulons encourager localement, donc tout s'effectue ici», souligne le représentant Gilles Marquis.