Pierre-Yves McSween pose la question qui tue

Un livre qui pose un regard neuf sur notre façon de consommer

Olivia Nguonly olivia.nguonly@tc.tc
Publié le 19 octobre 2016

Pierre-Yves McSween (à droite), enseignant au Cégep de Lanaudière à L'Assomption, chroniqueur et comptable, n'a pas peur de parler d'argent, avec une dose d'humour dans En as-tu vraiment besoin?

©gracieuseté

ÉCONOMIE. «En as-tu vraiment besoin?», est une question que l'on se pose peut-être trop peu lorsque vient le temps de piger dans son portefeuille. Il s'agit aussi du titre du premier livre de Pierre-Yves McSween, enseignant au Cégep de Lanaudière à L'Assomption, chroniqueur et comptable, qui n'a pas peur de parler d'argent, avec une pointe d'humour bien dosée.

J'ai écrit le livre que j'aurais voulu lire à 15 ans quand je ne connaissais rien aux finances », partage le comptable aux multiples chapeaux.

Pierre-Yves McSween

©gracieuseté

J'ai écrit le livre que j'aurais voulu lire à 15 ans Pierre-Yves McSween

La publication en question se décline en 368 pages et propose 42 sujets de tous les jours, passant des cartes de crédit aux voyages, à la cuisine en déviant vers les objets de marque, à travers lesquels Pierre-Yves McSween y va de ses expériences personnelles et de son bagage professionnel.

« Il y a par exemple un chapitre sur la négociation et j'y prends l'angle de mon fils qui avait quatre ans et demi à l'époque de l'écriture. J'y aborde les stratégies que j'emploie avec lui, qui sont d'ailleurs les mêmes qu'utilisent les vendeurs dans leurs techniques de vente. Le choix est là, mais pas celui de ne pas acheter », sourit-il.

Si l'auteur a choisi d'emprunter un ton désinvolte et humoristique à la fois, c'est parce qu'il sait très bien que les livres théoriques sur l'argent n'ont pas la cote. « Ils ressemblent à des livres d'école », illustre celui qui voulait avant tout s'adresser à des gens qui ne s'intéresse justement pas à son sujet de base.

C'est quoi être financièrement responsable?

Mais attention, loin de lui l'idée de tomber dans l'économie au sens où Séraphin l'entendait. « Être cheap, c'est plate. Ça signifie être radin et pas généreux », explique le chroniqueur qui ne se définit pas non plus comme une personne économe, mais prônant plutôt la responsabilité financière.

« Être responsable financièrement, c'est être conscient de ses choix et de son futur. Concrètement, c'est entre autres prendre des assurances et prévoir les mauvais jours », affirme celui qui croit que beaucoup de gens vivent malheureusement d'une paie à l'autre sans avoir de coussin de sécurité.

La sortie de En as-tu vraiment besoin est aussi le désir de son auteur de voir les questions financières être abordées autour de la table, plutôt qu'évitées.

« Les gens sont mal à l'aide de parler d'argent et certains vivent même dans le déni total. Le livre est donc un outil pour en parler et peut-être amener une discussion familiale. »

Si Pierre-Yves McSween a un conseil à donner aux jeunes qui font leur entrée dans le monde de la «vraie» dépense, puisque son ouvrage s'adresse particulièrement aux lecteurs de 15 à 35 ans, ce serait celui-ci.

« Choisissez l'investissement plutôt que la dépense. Si tu penses toujours à t'acheter la prochaine bébelle, tu vas être pauvre toute ta vie. L'important, c'est l'actif net », complète-t-il en songeant au stationnement du cégep où il travaille, et où selon lui les plus belles voitures appartiennent aux étudiants alors que les plus vieilles sont la propriété des enseignants.