Grève imminente pour les chauffeurs de Keolis Canada – Division Lanaubus

Renouvellement de la convention collective

Publié le 18 octobre 2016

Les employés de Keolis Canada – Division Lanaubus étaient réunis en assemblée générale le dimanche 16 octobre pour prendre position sur l’offre du comité de négociation patronal.

©gracieuseté

Les employés de Keolis Canada – Division Lanaubus étaient réunis en assemblée générale le dimanche 16 octobre pour prendre position sur l’offre « globale et finale » du comité de négociation patronal.

Conformément aux dispositions du Code du travail, un avis de grève a été envoyé à l’employeur et au ministère du Travail en date du 17 octobre. La grève générale illimitée débutera donc le 27 octobre à 4h du matin, et ce, jusqu’à l’obtention d’une entente de principe satisfaisante pour le comité de négociation syndicale.

La dernière proposition de l’employeur ne correspondait pas du tout à nos objectifs de négociation. Yvon Bérubé, président du Syndicat des employés de Lanaubus (CSN)

Rappelons que la convention collective liant Keolis – Division Lanau Bus et le syndicat est échue depuis le 31 décembre 2014. Après 27 rencontres de négociation, les parties sont toujours incapables d’en arriver à une entente, c’est pourquoi l’assemblée générale du 25 septembre dernier s’est prononcée à l’unanimité en faveur du déclenchement d’une grève au moment jugé opportun.

« La dernière proposition de l’employeur ne correspondait pas du tout à nos objectifs de négociation. C’est donc sans surprise que l’offre a été rejetée à 98 % par les membres présents à l’assemblée. Nous avons essayé de l’éviter le plus longtemps possible, mais nous n’avons plus le choix. Keolis – division Lanau Bus devra faire face à une grève de ses employés qui sont gonflés à bloc ! », déclare Yvon Bérubé, président du Syndicat des employés de Lanaubus (CSN).

Au cœur du litige : les horaires de travail

Un des irritants majeurs pour les conducteurs d’autobus est la confection des horaires de travail. Ils doivent présentement effectuer leur travail sur une période qui peut s’étaler jusqu’à 14 ou 16 heures, selon la durée de la semaine de travail.

De plus, les horaires journaliers sont généralement composés de deux ou trois quarts de travail. Parfois, ces blocs sont seulement d’une durée de deux heures et demie consécutives. Tout cela peut faire en sorte que les travailleuses et travailleurs doivent passer leur journée entière sur les lieux du travail sans être rémunérés pour les temps d’attente entre les quarts de travail.

« La qualité de vie des conducteurs est grandement affectée par ces horaires interminables et l’employeur a accusé une fin de non-recevoir à nos demandes sur cet enjeu. Comment peut-on s’occuper de notre famille avec un horaire qui s’étale de 4h du matin à 19h ou encore de 10h à 23h? se questionne M. Bérubé.

Après avoir consulté les états financiers de Keolis – division Lanau Bus, le syndicat sait que l’entreprise a une marge de manœuvre pour bonifier son offre. En effet, cette filiale de Keolis Canada est en pleine croissance et le syndicat n’a rien trouvé qui pourrait laisser présager une baisse de revenu à court terme pour l’entreprise. (ON)