Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Société

Retour

16 février 2017

La mère d'un enfant autiste dénonce le manque de souplesse d'un critère d'inscription

Deux frères, deux écoles et plus de complications

©TC Media - Olivia Nguonly

SCOLAIRE. Mélanie Beauvais est maman de deux jeunes garçons, dont Dylan, qui est autiste et fréquente l'école Henri-Bourassa et Soleil-de-l'Aube de Repentigny. Confiante que ses fils pourraient étudier à la même école lors de la prochaine rentrée scolaire, puisque son benjamin est maintenant en âge de fréquenter l'école, la résidente de L'Épiphanie a appris qu'il en serait tout autrement.

En effet, l'inscription de son garçon de 5 ans n'a pas été retenue. « Habituellement, dès qu'un enfant d'une famille va à une école, les autres enfants de la même famille ont priorité », avance Mme Beauvais en évoquant le critère d'inscription de la Commission scolaire des Affluents (CSA) qui favorise la fratrie et l'unité familiale.

Je suis déçue parce que mes enfants ne seront pas ensembles et qu'ils n'auront pas la chance de se voir davantage, mais aussi parce que ça complique tout -Mélanie Beauvais, maman de deux garçons

Même après des démarches auprès de la direction de l'école, celle-ci demeure inflexible, selon la mère de famille: impossible que ses deux enfants soient inscrits à la même école en septembre prochain. « Mon fils autiste a besoin de stabilité et a déjà des besoins particuliers alors ça n'a pas de sens », se désole-t-elle.

École à vocation particulière

Sur le site web de l'établissement d'enseignement, on peut y lire que l'école Henri-Bourassa et Soleil-de-l'Aube est «une école à vocation spéciale». Ce sont en fait deux écoles qui «cohabitent ensemble et forment, suite à la fusion, une seule et même école avec deux particularités», poursuit cette même description.

Du côté d'Henri-Bourassa, que fréquente Dylan, 9 ans, on accueille des enfants en adaptation scolaire, soit une quarantaine d'élèves avec un trouble du spectre de l'autisme.

Quant à Soleil-de-l'Aube, il s'agit d'une école alternative où les places disponibles sont limitées et où nombre d'inscriptions est considérablement élevé. Par exemple, pour l'année scolaire 2017-2018, seules 12 places sont disponibles au niveau préscolaire, sur les 19 élèves au total, en raison de la priorité accordée aux frères et soeurs d'élèves déjà inscrits au volet alternatif.

Toutefois, le critère de la fratrie ne s'applique pas entre les deux écoles qui cohabitent au sein de la même bâtisse, puisque le volet Soleil-de-l'Aube est un programme alternatif, de la même façon qu'il ne s'applique pas avec les programmes régionaux, spécifie Éric Ladouceur, coordonnateur aux communications à la CSA.

Le hasard

Mélanie Beauvais a suivi le processus d'inscription en assistant à une séance d'information, puis en remplissant un questionnaire. Toutefois, c'est à l'étape de la pige que le nom de son plus jeune fils n'a pas été tiré, lui aurait laissé savoir le directeur de l'établissement.

La résidente de L'Épiphanie ajoute qu'elle était même prête à travailler un jour de moins par semaine afin d'offrir une journée de bénévolat à l'école alternative

« Je suis déçue parce que mes enfants ne seront pas ensembles et qu'ils n'auront pas la chance de se voir davantage, mais aussi parce que ça complique tout », conclut la femme, qui ne comprend pas qu'un établissement d'enseignement qui partage la même bâtisse et la même administration puisse ne pas partager la condition de la fratrie à l'instar des autres écoles de la CSA.

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web Repentigny - Caméléon Média