Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique Rabaischocs.com

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Cannabis

Retour

26 septembre 2018

Nathalie Vigneault - nvigneault@lexismedia.ca

Légalisation du cannabis des défis pour les policiers

cannabis

©Photo Archives

Règlements municipaux et sécurité routière requèreront l'attention des policiers.

À un peu plus de deux semaines de la légalisation du cannabis au Canada, l’Hebdo Rive Nord s’est intéressé aux conséquences de cette nouvelle loi, qui a des impacts jusque dans nos quartiers.

Cette loi encadrant l’usage du cannabis a un effet cascade sur les autres lois, notamment celle sur la sécurité routière. Au Service de police de L’Assomption/Saint-Sulpice, les patrouilleurs placeront une attention particulière à détecter les consommateurs au volant de leur véhicule.

À lire aussi:

« L’usage de drogue en conduisant a toujours été interdit et le demeurera », rappelle Sophie Légaré, agente responsable des communications.

Elle souligne que le corps de police compte sur deux experts évaluateurs qui sont mandatés lorsqu’un patrouilleur détecte qu’un conducteur a possiblement consommé de la drogue, dont du cannabis.

« Tous nos patrouilleurs reçoivent une formation mise à jour théorique, et éventuellement pratique, sur le cannabis », ajoute l’agente Légaré.

Même son de cloche du côté de la Sûreté du Québec. « 90% de nos patrouilleurs sont formés pour intervenir en cas de consommation de drogues au volant », souligne Hugo Fournier, porte-parole de la SQ.

D’autre part, une hausse de la consommation doublée de « l’effet de nouveauté » amène les policiers à redouter une hausse des accidents, graves et mineurs. Selon une étude de l’Université Dalhousie publiée en 2012, consommer du cannabis double les chances d’avoir un accident de voiture si on prend le volant.

Respect des règlements municipaux

À l’instar de la Ville de Repentigny, la Ville de L’Assomption devra aussi réglementer l’usage du cannabis dans les lieux publics et ce sont les policiers qui devront faire respecter ces règlements. Cette surveillance est déjà effectuée dans un contexte d’illégalité, mais le comportement de certains consommateurs peut changer avec la légalisation.

D’autre part, les chicanes de voisins pourraient aussi comporter son lot de complexités pour les policiers qui s’attendent à intervenir plus fréquemment dans les résidences privées pour des mésententes entre voisins et nuisance.

Lutte à la contrebande

Avec la légalisation, le marché noir du cannabis devient une nouvelle réalité. En fait, toute marijuana produite et/ou vendue en dehors du réseau légal des Sociétés de cannabis du Québec (les SAQ du pot), sera donc illégale.

D’ailleurs, un sergent-détective des services policiers de L’Assomption sera nommé prochainement pour faire partie de la nouvelle escouade Accès Cannabis, mise sur pieds par la Sûreté du Québec. La contrebande en ligne est aussi visée par cette nouvelle escouade.

En tout 54 agents feront partie de ce programme, qui comporte des équipes régionales mixtes d’enquêtes. « Le programme est un peu calqué sur celui de lutte à la contrebande du tabac », complète lieutenant Hugo Fournier.

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web Repentigny - Caméléon Média