Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Communauté

Retour

10 octobre 2018

Francis Trudeau - infolanaudiere@lexismedia.ca

Un spectacle-bénéfice pour une cause qui touche droit au cœur

Fin à la faim

Fin à la Faim

©Photo Francis Trudeau

L'organisme et les commerçants participants font appel à la générosité de la population.

COLLECTE DE FONDS. Encore une fois cette année, l’organisme Fin à la faim de Charlemagne propose à la population d’assister à son traditionnel spectacle-bénéfice de fin d’année. Cette année, c’est le groupe QW4RTZ qui sera en vedette, avec son spectacle « A cappella », le lundi 12 novembre prochain, au Théâtre Hector-Charland.

L’un des objectifs principaux de ce spectacle-bénéfice est d’amasser des fonds pour les paniers de Noël, qui permettent d’offrir un temps des fêtes plus joyeux à des centaines de familles de la région.

 

« Ces paniers de Noël mettent un baume sur la réalité que vivent ces personnes-là, qui ne sont pas nécessairement des gens stéréotypés. Parfois, un père de famille qui gagne très bien sa vie perd son emploi, alors que la mère travaillait à temps partiel et ils ne réussissent donc plus à payer les comptes. Ils doivent alors couper dans l’épicerie. C’est la même chose qui se produit souvent lors de la rentrée scolaire », explique la directrice générale de Fin à la faim, Colette Doré Thibault.

 

En plus des paniers de Noël, l’argent amassé lors du spectacle-bénéfice permettra d’aider à consolider les activités de l’organisme tout au long de l’année. Il faut dire que l’organisme Fin à la faim dépend des donateurs pour survivre.

 

Cette année, l’objectif fixé pour cette campagne de financement est de recueillir 125 000 $. Pour une septième année consécutive, c’est le propriétaire du Métro Fogarty, Peter Fogarty, qui agit à titre de président de la campagne de financement.

 

« Moi, mon rôle, c’est de faire une "job de bras", explique-t-il en riant. Essentiellement, chaque année, je m’implique en cognant aux portes et en allant récolter du financement dans les différents commerces de la MRC de L’Assomption. Je pousse très fort auprès de mes collègues entrepreneurs, car c’est une cause qui me tient à cœur, d’autant plus que je suis dans le marché de l’alimentation depuis ma jeunesse. »

 

Ainsi, une vingtaine de commerces de la MRC uniront leurs forces tout le mois d’octobre, pour amasser des fonds auprès de leur clientèle pour la cause.

 

« La mission de l’organisme Fin à la faim va au-delà de la concurrence. Je pense notamment au IGA Crevier, au Métro Marquis et au Provigo qui ont notamment décidé de participer au projet, et ce, même si je suis le président de la campagne et, en théorie, leur compétiteur », explique Peter Fogarty.

 

Le président de la campagne a bon espoir d’atteindre l’objectif cette année et tentera même de le dépasser. « Ça fait sept ans que je participe à la campagne et je n’ai jamais échoué à atteindre les objectifs. Je suis un peu compétitif dans la vie et j’adore me fixer des défis à atteindre qui, parfois, peuvent paraître immenses. L’année dernière, ç’a été un peu plus difficile que les années précédentes, mais nous avons finalement réussi à dépasser notre objectif de quelques milliers de dollars », souligne M. Fogarty.

Fin à la Faim

©Photo Francis Trudeau

Peter Fogarty (à droite) agit à titre de président d'honneur de la campagne. Il prend ici la pose avec Léo Rancourt, un bénévole dévoué.

La pauvreté, une réalité qui fait peur

Lors de la conférence de presse de mercredi dernier, un bénévole dévoué de l’organisme a pris la parole, pour parler de la réalité qu’il vit chaque jour. Léo Rancourt s’implique auprès de Fin à la faim depuis maintenant quatre ans. L’homme âgé de 90 ans estime que cette implication lui a ouvert les yeux.

 

« Ma première journée au sein de l’organisme, je m’en rappellerai toujours. Je suis arrivé chez moi et j’ai commencé à pleurer. Ça n’a aucun bon sens ce qui se passe ici, chez nous. Le Canada est un pays avec une excellente réputation, considéré comme un pays riche. Toutefois, ce n’est pas ce que l’on vit quotidiennement au sein de l’organisme », raconte-t-il.

 

Selon lui, la situation est grave et la population ne s’en rend pas encore compte. « J’ai travaillé longtemps à l’international, dans des pays en développement, donc j’étais habitué à la pauvreté. Par contre, quand je pense que des citoyens de notre région vivent constamment la même réalité, ça me désole et me choque en même temps. C’est en faisant du bénévolat pour Fin à la faim que je me suis rendu compte que les besoins étaient importants et surtout grandissants. Pour faire une métaphore, Fin à la faim est comme un tabouret, qui permet d’aider les citoyens en difficulté d’atteindre l’arbre des richesses », conclut M. Rancourt.

 

Les billets pour le spectacle-bénéfice de Fin à la faim sont disponibles au coût de 90 $, en contactant l’organisme au 450 654-3871. L’organisme invite également les citoyens à être généreux aux caisses des commerces participants à la campagne de financement le mois prochain. Pour plus d’information concernant la campagne ou l’organisme, veuillez consulter le www.finalafaim.org.

Fin à la Faim

©Photo Francis Trudeau

L'organisme Fin à la Faim souhaite amasser 125 000 $.

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web Repentigny - Caméléon Média